Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Espace conçu pour les Démocrates de tous bords.

Réseau des Démocrates

Sur la première ligne de défense contre la barbarie.

par Mohamed Bouhamidi à la Conférence cpntre l'ingérence
02252632-photo-logo-onu

Madame la Présidente et camarade secrétaire du Parti des travailleurs,  Frère Secrétaire Général de l’UGTA, mesdames et messieurs les membres du bureau, Camarades et frères et sœurs de cette honorable assemblée,
femme
Il ne fait pas de doute que cette conférence répond à une urgence remarquée d’une mobilisation des forces populaires pour s’opposer aux  suites  de cette série ininterrompue de guerres d’agression depuis l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan, le remodelage de la Yougoslavie ou les conflits entretenus partout en Afrique.
Nous devons réfléchir à la solitude de l’état national libyen dans sa résistance à un coup d’état multinational,  aujourd’hui avéré avec l’aveu de l’infiltration de 5000 membres des forces spéciales qataries sans compter celles des pays européens. Aussi bien sur les terres européennes que dans notre propre pays nous avons constaté les immenses difficultés des anticolonialistes et des anti-impérialistes à mobiliser les opinons contre cette guerre d’agression et de reconquête coloniale. Les mêmes qui ont toujours menti pour les guerres précédentes ont pu mentir avec encore plus de succès pour la Libye et mentent avec encore plus de facilité pour la Syrie.
Partout ces guerres d’agression visent la destruction de l’état national. Partout elles s’attaquent à l’idée de souveraineté sur les richesses. Elles minent la conscience nationale et tentent de lui substituer des identités passéistes ethniques ou religieuses qui préparent la partition du pays comme au Soudan ou affaiblissent suffisamment le sentiment d’unité nationale pour entretenir les germes de la division et de la guerre permanente. C’est cela le plus grand crime des puissances de l’OTAN.
Comme à la première  époque des conquêtes coloniales, elles s’appuient sur des forces indigènes en utilisant tous les moyens pour les entraîner dans une guerre civile qui camoufle leur guerre de conquête tout en la facilitant. Ces puissances provoquent sciemment ces guerres civiles comme le démontre amplement le refus de négociations en Libye et en Syrie. Elles savent que ces guerres civiles laissent des blessures et des rancunes encore plus profondes dans nos sociétés tribales et claniques. Elles connaissent la sauvagerie et la cruauté des guerres civiles et entendent tirer profit de leurs  conséquences pour ruiner durablement, dans les faits, toute idée de réconciliation et de reconstruction. Nous avons affaire à un système froidement criminel et habitué depuis longtemps à planifier l’agression et la destruction. Ce trait à lui seul confirme à quel point l’impérialisme est devenu un concentré absolu de la barbarie. 
A chaque menace de guerre quelques grands dirigeants appellent à la raison et dénoncent l’horreur et les destructions promises. Pourtant jamais un guerre d’agression comme celle de l’OTAN contre la Libye n’ a été menée contre la Libye n’a bénéficié d’autant   de passivité dans les opinions publiques ou autant d’indifférence. Nous sommes très loin des millions qui ont condamné l’agression contre l’Irak. Ce phénomène est préoccupant. et Il doit être une préoccupation prioritaire car la bataille de l’opinion publique est celle que les agresseurs mènent avec un le plus de soin et avec des moyens et des méthodes les plus sophistiquées. Face à cette hégémonie et à cette suprématie des moyens nous ne pouvons plus nous contenter des moyens traditionnels de mobilisation par les syndicats et les associations.
D’abord les délocalisations en Europe et la désertification industrielle dans notre pays en particulier et dans les pays arabes en général ont amoindri la part des ouvriers et du secteur productif industriel  qui donnaient une base sociale à l’aspiration anti-impérialiste.
Ensuite le matraquage quotidien des médias devenus des organes diversifiés d’une propagande unique ont réussi à faire croire que le capitalisme est encore capable de progrès.et d’un visage humain  C’est à cette illusion  répandue dans nos élites que les anticolonialistes doivent s’attaquer avec encore plus de courage au vu de la disproportion des moyens. Le capitalisme financier et l’ultra libéralisme qui poussent aux guerres de reconquête coloniale ne porte pas la régression et la barbarie que pour nos peuples du Tiers Monde.
La crise économique qui les frappe se traduit déjà par moins d’emplois, moins de soins, moins d’école, moins de culture et plus de précarité pour les peuples européens. La perspective qui leur est aujourd’hui imposée est celle du retour aux situations de l’esclavage industriel. Les cercles dominants des néoconservateurs aux socio-démocrates  poussent les opinions européennes vers la xénophobie, l’islamophobie mais aussi vers la haine et le mépris des peuples du sud de l’Europe, les grecs en particulier, assimilés à des métèques paresseux et dépensiers. L’extension du racisme est une donnée de cette régression vers  les âges obscurs des croisades, vers des idéologies de la haine de l’homme pour l’homme et de la croyance fasciste de la supériorité d’une race d’hommes sur d’autres races d’hommes. Tous les ingrédients du fascisme  sont réunis et d’abord l’hégémonie et l’uniformité du vocabulaire de la propagande mensongère et de la pensée unique sur l’ensemble de la sphère de la communication sociale.
Depuis longtemps les puissances impérialistes redoutent la jonction des révoltes sociales de l’Europe avec les résistances populaires multiformes dans les pays du Sud à la domination néocoloniale. Il n’y aura d’issue ni de chance de succès pour les révoltes sociales ni pour les résistances anticoloniales sans le renversement des tendances actuelles et sans le retour au renforcement des solidarités anti-impérialistes des unes et des autres.
La guerre faite à la Libye a été la manche africaine de la guerre impériale qui se prépare principalement contre la Chine et secondairement contre la Russie. La subversion financée et organisée par le Qatar et les USA en Syrie représente la deuxième manche, celle de l’encerclement asiatique. Tout indique que la Russie et la Chine n’entendent plus se laisser faire. Les dangers d’une guerre mondiale grossissent et Israël fera tout son possible pour la précipiter. Arrêter les menées criminelles en Syrie et autour de l’Iran, devient des nécessités vitales pour épargner à l’humanité les risuqes d’une destruction sans précédent.
Le seul programme des puissances de l’OTAN est de sauver le capitalisme arrivé au paroxysme de son stade impérialiste.
Il n’a nul autre programme que de maintenir la situation actuelle. Elles ne peuvent le faire qu’en détruisant et en détruisant encore les infrastructures et les richesses chèrement payées par nos peuples pour essayer de sauver les taux de profits et soumettre les peuples, tous les peuples de la planète, à la seule logique des banques et du profit. Détruire signifie d’abord démolir les états nationaux mais les détruire surtout en tant qu’état-nations et réaliser un des buts sionistes déclarés  de ne laisser dans le Maghreb et dans le Moyen Orient que des micro-états créés sur des bases ethniques ou religieuses, en guerre permanente entre eux et en demande permanente de tutelle étrangère.
 Certains pensent qu’en faisant des concessions aux pays de l’OTAN ils peuvent sauver nos pays d’une attaque destructrice. L’OTAN attaquera quand même sous toutes les formes déclarées ou souterraines dans les quelles elle excelle depuis les décennies de la guerre froide et de la subversion généralisée contre les états nés des luttes pour l’indépendance. Son but est de détruire radicalement les résultats des guerres de libération. Dans cette confrontation souterraine avec la Chine et pour le maintien du statuquo l’OTAN doit remodeler toutes les frontières. Il faut prendre au mot les déclarations des dirigeants U.S. Prendre au mot Condy Rice quand elle parlait de chaos créateur et prendre au sérieux la candidate Hillary Clinton qui parlait de renvoyer l’Iran à l’âge de pierre.  
Le capitalisme dans ses formes de développement impérialiste qu’il a connu en Occident ne peut plus rien produire de positif. Il en peut que détruire et nous renvoyer à des âges que nous avions dépassés avec tant de difficultés et de sacrifices. C’est ce qui me fait dire avec beaucoup d’autres que nous sommes, aujourd’hui dans cette conférence, à notre poste, sur la première ligne de défense de l’ensemble de l’humanité contre la barbarie de l’ordre impérialiste. 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article