Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réseau des Démocrates

Espace de rencontres et d'échanges d'expériences en vue de construire des alternatives démocratiques et sociales.

Réseau des Démocrates

La parfumeuse : un livre-choc pour célébrer le 50è anniversaire de l'indépendance

Par Le Matin DZ | 24/06/2012 13:17:00 |

En exhumant la vie d'Émilie Busquant, ce roman célèbre à sa façon le 50e anniversaire de l'indépendance algérienne dont il révèle qu’elle fut, avant tout, le fruit d'un élan internationaliste puissant et généreux.


C'est l'histoire que ne raconteront pas les historiens parce qu'elle échappe à la raison, aux rigueurs de l'esprit et aux chronologies froides.

Au début des années 20, un jeune homme fraîchement débarqué de Tlemcen, tombe amoureux, à Paris, d'une jeune fille de 20 ans venue de Lorraine et qui rêvait de devenir une seconde coco Chanel mais qui restera, pour nous Algériens, la femme sans laquelle rien n’aurait été possible, ni l'Étoile nord-africaine, ni le PPA, ni tout ce qui est venu après.

 

 

Ce roman, c’est l’histoire que ne raconteront pas les historiens.
Ainsi commence l'histoire de notre délivrance. Un peuple colonisé depuis 1830, entrait dans la voie de la libération grâce à une histoire d'amour : il venait de trouver son enfant terrible et la future mère de sa propre liberté, celle-là qui sera évincée d'une histoire qu'elle a pétrie de ses propres mains.


Émilie Busquant a rédigé le premier texte revendiquant l’indépendance pour l’Algérie en 1927. Aux côtés du futur leader du nationalisme algérien, Messali Hadj, elle a permis au premier parti indépendantiste algérien, l’Étoile Nord-Africaine, de prendre son envol. Elle a conçu et confectionné le drapeau algérien qu’on connaît aujourd’hui. Elle a dû diriger seule le parti du peuple algérien, en 1937, quand la direction fut incarcérée. Elle a déjoué une tentative de collaboration entre le PPA et Hitler... Jusqu’à la fin, elle imposera l’idée d’indépendance en livrant bataille aux assimilationnistes, aux colonialistes et aux courtisans. Elle s'est battue pour l'indépendance de ce pays quand l'élite algérienne ne revendiquait que le rattachement à la France.

 

Émilie ne cherchait pas à ce qu'il y avait de meilleur dans la France, sa patrie ; elle cherchait le meilleur dans l'indépendance.

La parfumeuse est une de ces légendes du coeur fondatrices de l’histoire, une de ces épopées de l'amour qui furent la cause de tout, au début de tout, mais qui ne sont transcrites nulle part car décrétées étrangères à la raison, aux chronologies froides et aux rigueurs de l’esprit. L’histoire officielle des peuples préfère les amnésies sentencieuses, les augustes menteries et les fables imposantes.

 

La parfumeuse par Mohamed Benchicou

Disponible à Alger dès le 28 juin (Editions Koukou) - 650 DA

 Disponible en France dès le 26 juin - Editions Riveneuve -

75 Rue de Gergovie - Paris 14 -  18 euros

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

IRIS SAMY 29/06/2012 14:30

FFS : la fronde s’organise (Législatives 2012).
A un mois et demi des législatives, le «seul véritable parti de l’opposition», comme il aime à se présenter, se serait bien passé des très fortes turbulences dont il est l’objet depuis l’annonce
des noms retenus sur les listes électorales.
«C’est une ambiance à peine respirable qui règne au siège du parti, confie sous le couvert de l’anonymat un militant. Une véritable paranoïa s’est installée à cause des pressions qu’exerce la
direction à l’encontre des militants pour les empêcher de manifester leur mécontentement.» A Alger, Tizi Ouzou et Béjaïa, la contestation s’organise et les militants n’hésitent plus à dénoncer
ouvertement les décisions prises par la direction. Un début de fronde se met en place dans les fiefs traditionnels du parti.
Alger : Hakim Addad claque la porte du secrétariat national
«Le secrétaire national chargé des relations avec les mouvements sociaux a décidé de remettre sa démission, déclare un militant du parti. Par cet acte, il veut manifester son désaccord avec la
gestion actuelle des affaires du parti.» Cette démission que le parti a tenté de ne pas divulguer marque un tournant au sein de la formation politique. Elle peut susciter d’autres démissions au
sein du secrétariat national et renseigne sur le malaise qui règne au sein du FFS.
Tizi Ouzou : les cadres boycottent la direction du parti
Une véritable guerre des tranchées s’est installée depuis que les anciens militants se sont sentis exclus et indésirables sur les listes électorales. Pour marquer leur désaccord, ils ont décidé de
boycotter la dernière réunion du parti. «Sur les 35 sections convoquées, seules 3 ont répondu présent, confie un militant du parti. Il y avait dans la salle 17 militants, alors qu’ils devaient y en
avoir 200.» Pour la réunion que doit présider aujourd’hui Ali Laskri, le parti a décidé de n’inviter ni le collège des élus ni celui des associations de jeunes et syndicales. Seuls les membres du
conseil national et les candidats aux législatives sont convoqués. «Si au lendemain des résultats, et comme le laissent supposer certaines indiscrétions, le parti rafle 40 sièges de députés, il
faudra à la direction nous expliquer comment elle est parvenue à ce score, sachant le rejet des militants pour leurs candidats», avertit un cadre du parti.

Je respecte l'idée de l'autonomie de la Kabylie mais de là, à la maintenir uniquement dans l'utopie c'est plutôt élégant et puis même si un jour la Kabylie aura son autonomie, les autres kabyles
d'Alger et du reste du pays se battront pour la démocratie . Le FFS, qu'on le veuille ou pas est un parti national, il représente en même temps les kabyles de Kabylie, ceux d'Alger, ceux d'Oran et
tous les amaighs et les arabes ou bien les arabophones de ce pays. Et si ce parti n'existait pas un autre parti aurait pris sa place. Le FFS a existé bien avant tout le monde et bien avant le MAK,
donc par définition il a des principes et une politique propre à défendre. On a tout inventé, le RCD, l'aârouch pour faire tomber ce parti, mais celui ci tient bon. Cependant même si le Mak ne soit
pas une création du pouvoir et est directement crée par des Kabyles, il porte à court terme un projet complètement déstabilisateur en ce sens qu'en ce moment précis les algériens ont besoin de
rester unis pour un passage à une réelle démocratie. Projet qui parait impossible pour certains !
Rester passif ou boycotter ne va servir en rien ni le peuple kabyle, ni même tout le peuple algérien. Boycotter ces élections serait permettre aux affairistes et aux intégristes de profiter de
notre absence pour imposer leur lois et leur inertie. L'APN sera élue à 60 ou 10 % cela ne changera rien pour ces gens là car elle sera élue même à 2 %. Le pouvoir lui, est sous pression, il est
obligé de s'ouvrir et le ffs ne fait que profiter de cette brèche. je suis d'origine kabyle, J'habite Chlef et je peux vous affirmer que ce parti a une grande popularité dans la région et peut
faire des surprises. merci!!!

Je respecte l'idée de l'autonomie de la Kabylie mais de là, à la maintenir uniquement dans l'utopie c'est plutôt élégant et puis même si un jour la Kabylie aura son autonomie, les autres kabyles
d'Alger et du reste du pays se battront pour la démocratie . Le FFS, qu'on le veuille ou pas est un parti national, il représente en même temps les kabyles de Kabylie, ceux d'Alger, ceux d'Oran et
tous les amaighs et les arabes ou bien les arabophones de ce pays. Et si ce parti n'existait pas un autre parti aurait pris sa place. Le FFS a existé bien avant tout le monde et bien avant le MAK,
donc par définition il a des principes et une politique propre à défendre. On a tout inventé, le RCD, l'aârouch pour faire tomber ce parti, mais celui ci tient bon. Cependant même si le Mak ne soit
pas une création du pouvoir et est directement crée par des Kabyles, il porte à court terme un projet complètement déstabilisateur en ce sens qu'en ce moment précis les algériens ont besoin de
rester unis pour un passage à une réelle démocratie. Projet qui parait impossible pour certains !
Rester passif ou boycotter ne va servir en rien ni le peuple kabyle, ni même tout le peuple algérien. Boycotter ces élections serait permettre aux affairistes et aux intégristes de profiter de
notre absence pour imposer leur lois et leur inertie. L'APN sera élue à 60 ou 10 % cela ne changera rien pour ces gens là car elle sera élue même à 2 %. Le pouvoir lui, est sous pression, il est
obligé de s'ouvrir et le ffs ne fait que profiter de cette brèche. je suis d'origine kabyle, J'habite Chlef et je peux vous affirmer que ce parti a une grande popularité dans la région et peut
faire des surprises. merci