Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'article de Bruno Drewski a provoqué des réactions. RD vous les présente ainsi que la longue réponse de Bruno.
Je suis Alsacienne et mon père communiste de la première heure a toujours veillé à ce que nous apprenions avant tout l'alsacien. je n'avais pas le droit de parler alsacien à l'école, français à la maison, allemand chez ma grand mère. Ce qui fait que je suis devenues parfaitement trilingue. Mais la langue que je préfère et dans laquelle je réfléchis : c'est l'alsacien.
ginette.

Azul/bonjour,

 

Votre texte est trop matérialiste et appelle tout simplement les peuples opprimés à le rester M. Dweski ! Nul trace dans votre propos, du mot dignité ! Nous ne sommes pas sur terre uniquement pour profiter des choses matérielles et/ou pratiques qui nous facilitent la vie. Nous sommes là aussi pour vivre autant que possible libres et dignes et non sous une quelconque domination/colonisation, quelle que soit le paradis terrestre qu’elle nous offrirait sur le plan du confort matériel et de ce qu’elle nous amènerait éventuellement comme « haute pensée »’. Vous dites : « il vaut mieux faire des efforts pour assurer un vrai essor de la pensée dans les langues déjà bâties mais à développer, française, arabe, persane, allemande, chinoise, russe ... ». Je suis effaré par ce qui ressemble à un appel aux peuples colonisés/dominés pour leur dire d’oeuvrer en quelque sorte au renforcement de leur situation de colonisés/dominés ! Et que dire de ce racisme linguistique qui fait croire qu’il n’y a de pensée que dans ou avec les langues des puissances dominantes ! En revanche peu de choses sur le travail éradicateur de ces puissances coloniales vis-à-vis des langues et culture autochtones ! Visiblement, l’auteur est d’accord avec l’argument selon lequel le colonisateur vient toujours pour « civiliser » les indigènes, les sauvages… Voilà ce qui arrive lorsqu’on lit le monde uniquement avec une lorgnette idéologique, fut-elle marxiste …

  

Quant aux Berbères (barbares ?), qui s’appellent eux-mêmes Amazighs, ils se rendent de plus en plus compte qu’on les a colonisés et bernés pendant des siècles et ils sont de plus en plus nombreux à préférer leur liberté et leur langue quelles que soient ses insuffisances, aux puits de pétrole, à la « pensée supérieure » des colons et néocolons et aux 77 vierges promises par le paradis musulman.

 

En ce moment en Libye par exemple, tout le peuple Amazigh de ce pays est en état de révolte contre le nouvel Etat libyen qui refuse de reconnaître les droits de ce peuple autochtone (et pas minorité) et sa langue. C’est peut être fou ou vain, mais quand il s’agit de défendre sa dignité, rien n’est assez fou ou vain !

 

Cordialement,

B. Lounes


Réponse de Bruno

 

Mais non, vous faites un contresens, puisque je vous ai donné l'exemple d'un peuple qui s'est (re-) créé, les Polonais, alors qu'il devait disparaître ...mais pour cela il lui a fallu dignité certes, mais aussi effort pour créer une langue moderne, sur la base d'une langue ancienne, pour maîtriser le langage des sciences exactes, philosophiques et ainsi accéder via cette langue à tout le patrimoine de l'humanité. 

 

Il ne faut bien sûr pas se limiter au progrès matériel, je parle de science, de philosophie, d'idées, de principes, de culture, de haute culture, j'aurais pu rajouter et de spiritualité. C'est pour cela que les peuples existent et doivent s'entreconnaître. Et forger des langues à cette hauteur de vue.

 

Que la langue que l'on appelle aujourd'hui amazigh (le terme berbère utilisé dans le texte de départ est indigne et inapproprié effectivement) ai donné naissance, dans l'antiquité, à la langue de haute culture que fut celle de l'Egypte pharaonique, personne de censé ne le nie ...mais que cette langue soit morte aujourd'hui, à la différence du persan par exemple, personne non plus ne peut le nier . L'histoire humaine est pleine d'énigmes à élucider. Pourquoi les Egyptiens sont-ils passés à l'arabe et se sont-ils convertis à l'islam ? Pourquoi les Persans ont-ils gardé leur langue et se sont-ils convertis à l'islam ? Et pourquoi les Espagnols ne se sont-ils pas convertis et ont-ils gardés leur langue ? Et pourquoi les Libanais ne se sont convertis qu'en partie mais sont-ils passés à l'arabe ? Et pourquoi les Maltais ne se sont-ils pas convertis mais sont-ils passés au dialecte arabe qui a donné naissance au maltais ? Pourquoi certains langues disparaissent, et d'autres pas ? Et cela depuis la plus haute antiquité ? pourquoi de nouvelles langues naissent-elles aussi ? Vaste question. Qui me semble devoir se résumer autour de la question : projet politique et projet de société !!! des langues apportent le progrès et vivent, ou revivent, des langues ne sont plus en état de créativité et meurent. 

 

Que l'on ai envie de vouloir créer une nouvelle langue amazigh plus moderne et donc en état d'être plus qu'un élément d'identité régionale, pourquoi pas ? Et si un tel projet social, culturel et politique voit le jour pour apporter progrès à la population en question qui pourrait dès lors devenir un peuple,  et par le fait même apporter sa contribution à l'humanité, bravo ! les Irlandais ont fait beaucoup pour se libérer et affaiblir par le fait même l'impérialisme britannique. Bravo ! ils n'ont pas pour autant estimé qu'ils devaient réapprendre un irlandais modernisé par le soin de leurs linguistes . Grâce à quoi nous avons par exemple James Joyce. Question de choix. Les Vietnamiens eux, ont créé la mobilisation nécessaire pour faire renaître une langue modernisée. Bravo également ! Et ils ont bien aidé l'humanité  à progresser dans les années 1970. 

 

Mais il faut savoir que si l'on s'engage dans la construction d'une langue moderne (toujours à partir d'un dialecte choisi arbitrairement et devant éliminer les autres dialectes comme cela se passe avec le catalan officiel qui élimine aujourd'hui les restes de catalan du Roussillon marginalisé auparavant par le français), cela exige bien plus que du militantisme politique, bien plus que des manifestations certes touchantes de culture populaire, cela exige de mobiliser toute une population pour qu'elle veuille élaborer et utiliser de façon vivante dans cette langue des concepts adaptés à toutes les sciences et qu'elle veuille les utiliser ensuite, ce que, par exemple, n'ont pas voulu faire les Irlandais malgré tout leur courage et leur très grande dignité. Chose qui doit aussi être replacée par ailleurs dans un contexte mondial où cette population doit décider si elle se place du côté de l'impérialisme ou du côté des peuples en lutte contre lui. et puis chose que ne veulent pas faire ou estiment inutiles de faire une grande partie des peuples de l'ex-URSS, à commencer par exemple par les très courageux et très dignes Tchétchènes qui, certes ont affirmé leur existence ...mais qui préfèrent le faire en russe, qu'ils soient séparatistes ou pro-russes, ou comme les Egyptiens d'aujourd'hui préfèrent affirmer leur très fort patriotisme en arabe et pas en amazigh la langue de leurs lointains ancêtres, à la différence des Iraniens qui le s'affirment en persan ou des Pakistanais qui le font en ourdou. 

 

Tout est ouvert, et tout est permis tant qu'on est prêt à se mobiliser collectivement pour le faire. Malheureusement, la plupart des initiatives "régionalistes" que j'observe à l'heure actuelle proviennent d'intellectuels assez petit bourgeois qui n'ont pas langue avec leur propre peuple, peuple qui, à l'heure de la mondialisation, est bien plus souvent dominé par les jeux vidéos, les macdo, le cocacola, les séries TV hollywoodo-bollywoodo-latinos-egyptiennes que par leur culture ancestrale ou par un projet politique collectivement émancipateur. Et c'est sans doute contre cela qu'il faudrait avant tout le mobiliser, fusse en arabe ou en français.

 

Ne parlons pas de la Libye, c'est depuis deux ans un désastre social, économique et humain qui a fait revenir le pays au moins 50 ans en arrière. ...Comme dirait l'autre, "...fallait pas commencer"  ...mais qui au juste a commencé et mis de l'huile sur le feu ? ...l'OTAN.

 

Je n'ai a priori aucune préférence pour une langue ou pour une autre. C'est à chaque groupe de décider pour lui-même mais dans le monde tel qu'il est, il m'apparait clairement que la plupart des ethnicismes, des tribalismes et des régionalismes sont utilisés par les puissances dominantes occidentales pour diviser le front potentiellement uni des peuples du tiers et du second monde.

 

Quant aux vierges promises par le paradis musulman, c'est une erreur de linguistique tout simplement faite par des demi-doctes à l'égard de quart de doctes. Il n'en a jamais été question, le mot houri ayant été romantiquement et très tardivement traduit par vierges au seins abondants (tant qu'à y être autant qu'elles aient des seins abondants ! nous sommes d'accord) par des auteurs sans doute plus matérialistes que réellement spiritualistes. Une invention post-linguistique ! ...ce qui est évident pour tous ceux qui savent que le Coran promet le paradis aux hommes ...mais aussi aux femmes. ...et que donc, les houri c'est aussi pour les femmes ! Apparemment, selon les dernières recherche de la linguistique, "houri" ne signifie bien évidemment pas vierges aux seins abondants mais "fécondité", créativité éternelle ...non sexuée. ...il faudra aller le dire aux takfiristes qui se sont perdus dans les nuages de sables où ...l'impérialisme les a amenés.

 

La dignité, oui c'est important et même très important, mais à condition de ne pas se tromper d'ennemi. Or l'ennemi principal des peuples libres aujourd'hui, qui est-il à cette heure de mondialisation ?

 

Quand Ben Bella est allé au lendemain de l'indépendance visiter les pays qui avaient au moins formellement soutenu

la lutte de libération DU peuple algérien, il est donc allé aux USA où on lui a promis beaucoup de choses ...à condition qu'il ne passe pas par Cuba ...ce à quoi il a répondu : "nous mangerons de l'herbe mais nous serons libre ! " et il est allé à Cuba

...Bel exemple de dignité ! de dignité progressiste ! Et dans la suite, il a prôné la réarabisation de son peuple. ...à commencer par lui-même qui ne le possédait pas bien. Ce fut un choix digne !
Tag(s) : #Vie Culturelle

Partager cet article

Repost 0