Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 30.12.11 | 01h00 Réagissez

-Youcef Bouhoun. Représentant de la Djemâa m’zabiya (Mozabites) : «Si rien n’est fait avant les élections, je crains le chaos»

«La charte que nous avons élaborée avec nos frères malékites est respectée dans l’ensemble, bien que son application ne soit pas faite à 100%. Elle englobe la feuille de route signée fin mars 2009 entre les deux parties. Pour ce qui est de la présence policière renforcée, nous la voyons ici comme une mesure sécuritaire. Il s’agit probablement de directives venues du Nord. Nous avons pourtant souhaité un allègement, mais c’est tout le contraire que nous voyons. Cependant, si une certaine tension persiste actuellement à Berriane, il s’agit de manipulation pure et simple qui dépasse le cadre communautaire. Les affrontements que nous avons connus en 2008-2009 sont dus aux élections passées. Depuis le 15 mai 2011, aucun incident n’est à déplorer, et cela est dû, sans doute, au fait que la population soit devenue mature. Pourtant, l’Etat doit assumer ses responsabilités. Il a promis du travail à nos jeunes, mais nous n’avons rien vu arriver. Il a promis des terrains agricoles, mais il n’y a toujours rien pour le moment. Des emplois sont envisagés à Hassi R’mel (wilaya de Laghouat, ndlr), mais nos jeunes ne recueillent que de la poussière. Si rien n’est fait avant les élections, je crains le chaos. Si manipulation il y a, elle existe tant chez les Mozabites que chez les arabophones.»

 

-Miloud Seglab, représentant de la Djemâa malikiya (Arabes chaâmbas) : «Nous aurions voulu, avec la charte, que tout redevienne comme avant»

«Globalement, la situation est calme à Berriane malgré quelques problèmes qui subsistent ça et là. Pendant des années, Arabes et Mozabites ont coexisté de la manière la plus fraternelle et la plus pacifique, jusqu’en 2008-2009. Nous aurions voulu, avec la charte, que tout redevienne comme avant. Malheureusement, les traces des émeutes restent là. La ville est coupée en deux. Beaucoup de mes coreligionnaires voudraient bien revivre là où étaient leurs maisons, dans la partie mozabite, mais c’est actuellement impossible. Ces derniers temps, la présence policière a été renforcée, mais à mon avis, il me semble qu’il s’agit d’ordres venus de plus haut. Cette présence n’est pas le souhait des habitants de Berriane, loin de là. Beaucoup de nos jeunes, qu’ils soient Arabes ou Mozabites, sont manipulés par je ne sais qui, et ce, par tous les moyens, et l’Etat n’intervient pas, il n’agit pas, malheureusement. J’ai peur qu’avec les élections qui approchent, tout s’embrase à nouveau. L’Etat doit tenir ses promesses. Les jeunes veulent vivre dignement tout simplement, et au-delà de leurs différences culturelles, linguistiques ou religieuses. Malheureusement, rien de concret n’a réellement été réalisé.»

Noël Boussaha
Tag(s) : #Vie politique

Partager cet article

Repost 0