Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Espace conçu pour les Démocrates de tous bords.

Réseau des Démocrates

MOHAMED BOUDIAF L’Homme de toutes les LUTTES, de tous les EXILS et de tous les ESPOIRS

Si Tayeb El Watani, c’est ainsi qu’on le surnomme, en relation avec son esprit rassembleur et patriotique. Homme charismatique, et grand meneur d’homme, fut un militant précoce de la cause nationale de la première heure et joua un rôle, avec d’autres, de première importance dans l’unité de rangs et dans le rassemblement des différentes tendances du mouvement national au sein du parti du PPA, au sein du MTLD, en 1946 et au sein de organisation spéciale - O.S - branche militaire clandestine, en 1947 et au sein du groupe des 22 dont il était le coordinateur avec la création du Comité Révolutionnaire de l’Unité et d’ Action - CRUA - quelques mois avant le 01 Novembre 1954 . L’homme fut un battant et rebondit toujours face aux situations, au long parcours, s’est toujours opposé à la dictature, et à la pensée unique issues de la déviation de l’esprit de la Révolution, du viol de la légitimité de ses institutions tels que le CNRA ( conseil national de la Révolution algérienne ) et le GPRA ( gouvernement provisoire de la République algérienne ). Après l’indépendance durant l’été de l’année 1962, il entra en opposition avec Ben Bella, soutenu par l’ Etat – Major de l’armée des frontières, en créant durant l’automne, le Parti de la Révolution Socialiste – PRS - défendant des thèses de gauche et rompant avec l’esprit uniciste du congrès de Tripoli durant l’été de la même année, avant d’arrêter ses activités en 1976 et sa dissolution en 1979, juste après la mort de Boumediene et de s’installer au Maroc… Il fut arrêté en Juin 1963, déporté et séquestré au Sahara et condamné par Ben Bella en 1964 . Après l’annulation des élections législatives de Décembre 1991, il fut rappelé, en Janvier 1992 à la tête du Haut comité d’état, pour assurer les fonctions de chef d’état après la démission du Président Chadli. Durant sa courte présidence de 05 mois, il a su regagner la confiance du peuple et surtout le jeunes et redonné l’espoir .. Mais quel sortilège poursuivant l’homme jusqu’ à sa troisième mort ; réelle cette fois, quand il fut assassiné le 29 Juin 1992, par le lieutenant Lembarek Boumaarafi, à la maison de culture de Annaba devant les cameras de l’ ENTV . Sa dernière phrase, presque prophétique, était celle ou il exhorter le peuple à acquérir le savoir, la science et d’être parmi les pays les pays les plus avancés …PAIX A SON ÂME.

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article