Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Espace conçu pour les Démocrates de tous bords.

Réseau des Démocrates

Entreprises d'hommes d'affaires écroués: Des employés en détresse, malgré les promesses

 

par Moncef Wafi

Les employés de SLC & Divona ont lancé un appel de détresse aux hautes instances du pays quant à la situation précaire que vivent plus de 300 familles ainsi que sur le sentiment d'injustice qui les emplit.
Dans un communiqué rendu public qui retrace succinctement l'historique des deux entreprises appartenant à la famille Nezzar, la même source indique que «nous n'avons pu percevoir nos salaires et à la veille de l'Aïd et de la rentrée scolaire, les 300 pères et mères de famille, victimes de cette situation, sont aux portes du chômage sans aucune perspective». Les travailleurs expliquent que «l'ARPCE a décidé, d'une manière que nous estimons être arbitraire, de retirer nos licences/autorisations d'exploitation sous prétexte d'un défaut de payement alors que ce point est soumis, depuis 2012 déjà, à l'arbitrage de différentes instances (…); la direction générale s'est engagée formellement auprès de l'ARPCE à payer les reliquats de SLC (Divona ayant déjà payé les montants non controversés le 12/3/2019) afin de sauvegarder les entreprises et leurs salariés mais, pour des raisons qui nous échappent, que nous ne comprenons pas et que nous dénonçons ici, l'ARPCE a refusé le payement et a préféré mettre en péril l'avenir de près de 300 familles et l'activité économique de quelque mille clients». Les travailleurs des deux entreprises viennent gonfler le contingent déjà fort des personnels des diverses entreprises détenues par des hommes d'affaires actuellement emprisonnés pour des affaires de corruption. Des employés qui protestent contre une situation professionnelle précaire, particulièrement du fait du blocage des comptes de leurs sociétés ou de l'arrêt de leurs activités économiques. Ainsi, les travailleurs du Groupe KouGC, spécialisé dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, appartenant aux frères Kouninef, ont tenu, cette semaine, des rassemblements au niveau de leur siège pour revendiquer «leurs salaires».
Dans un communiqué rendu public, ils ont également lancé un appel de détresse «en vue d'attirer l'attention des institutions de l'Etat sur leur situation socioprofessionnelle dans laquelle ils se retrouvent depuis les décisions judiciaires prises à l'encontre de leur entreprise», des décisions qui ont provoqué le gel des comptes bancaires du groupe, «entraînant le blocage des salaires de l'ensemble des travailleurs, au nombre d'emplois directs et indirects estimés respectivement à 3.000 et 35.000». Par ailleurs, plus de 1.022 travailleurs appartenant au groupe de Haddad et de l'usine de montage automobile de Tahkout, sis à Tiaret ont été mis en congé forcé, a indiqué l'inspecteur du travail de la wilaya de Tiaret, Saïd Lakehal.
Cette situation risque de dégénérer surtout avec l'approche de la rentrée sociale malgré les promesses du gouvernement d'y remédier. En effet, et ne pouvant rester passif devant les conséquences économiques induites par l'incarcération d'hommes d'affaires propriétaires d'entreprises de production, le ministre des Finances, Mohamed Loukal, avait affirmé que le gouvernement a décidé de mettre en place un dispositif de sauvegarde de l'outil de production et les postes d'emploi pour prévenir les éventuelles turbulences susceptibles d'impacter l'emploi, la production et le climat des affaires en général en Algérie.
«Nous sommes en train de travailler au niveau du gouvernement pour dégager des solutions juridiques concernant ces entreprises», a-t-il souligné dans un entretien accordé à l'APS. Sans pour autant préciser la nature des mesures à prendre, il a expliqué que ce dispositif de sauvegarde est supervisé par un comité intersectoriel ad hoc, composé des membres du gouvernement et du gouverneur de la Banque d'Algérie, et placé auprès du ministère des Finances. Ce sujet a déjà été abordé une semaine plus tôt par le directeur général du développement industriel et technologique au ministère de l'Industrie et des Mines, Mustapha Hamoudi, qui a affirmé que l'Etat n'«abandonnera» pas les entreprises se trouvant en difficulté suite à l'emprisonnement de leurs propriétaires, notamment pour des affaires de corruption. Il a précisé que le gouvernement «est en train de tout faire pour qu'il n'y ait aucun impact sur l'approvisionnement du marché, la réalisation des projets et la fourniture des prestations éventuellement concernées par ces situations». 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article