Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE MAGHREB DES PEUPLES UN RÊVE OU UNE UTOPIE.

La fermeture de la frontière algéro-marocaine un crime humanitaire

 

 

Ce matin, me rendant avec un ami à Marsa Ben M'Hydi pour nous baigner et juste à quelques kilomètres de la plage, je vois une lignée de voitures algériennes garées sur le bord de la route, agitant des drapeaux marocains et algériens, criant en arabe " hana khaoua" " thahia maghrib chououb" "halouna al houdoud", je demande à mon camarade de se garer à son tour et je fus surpris que de l'autre côté c'était le même scénario; je m'approche d'un algérien en pleurs, habillé modestement et criant " Mohamed salem alla oumi ou goulha allah ghalleb rani bla khadma ou ma keditch nchri billet taa tayera bach nji choufha, goulha drouk nchouf chi ouhed rah jai ou nseftlha adoua ". Je fus très touché par cette scène et par cet homme qui tomba à terre pris d'une hystérie, je le pris dans mes bras et lui murmure dans l'oreille il viendra un jour où cette frontière ouvrira, il me regarda et je sentit qu'il voulait m'insulter puis il s'est ravisé; il me répondit sanglotant, ce sera trop tard, l'an dernier j'ai perdu mon père qui vit à Oujda sans pouvoir assister à ses funérailles et aujourd'hui ma mère est gravement malade et je ne peux pas aller la voir et c'est tout ce qui me reste dans la vie donc si je ne la voie pas maintenant lorsque les frontières ouvriront ce sera trop tard, de plus depuis 1994, c'est à dire 23 ans je n'ai pu la voir qu'une seule fois lorsque je travaillais et il m'a fallu plusieurs années d'économie pour pouvoir me payer le billet pour Casablanca à partir d'Oran, arrivé au Maroc je devais de nouveau prendre le train vers Oujda, alors que ma mère vit à 13 kilomètres de là, trouves-tu ça acceptable ou humain me dit-il. Est-ce qu'un musulman peut-il faire ça . Je lui dis de se calmer, ne pouvant rien faire nous reprîmes la route tristement. Sur le chemin de la route, discutant avec mon ami, je lui dis oui c'est un vrai scandale, toute cette population frontalière est privée de ses proches depuis 23 ans, moi même chaque année je vais au Maroc et cette année, j'ai boycotté le vol Oran-Casa qui vaut 65 000 DA alors que pour aller à Oujda si la frontière était ouverte, le prix par train ne couterai même pas 1000 DA et les trains circuleraient toutes les heures avec un apport économique pour le transport énorme, sans parler des autres échanges ( essence, agriculture, expériences...). Je crois lorsque les colons ont appelé cette frontière "Djouj Baghal" ils avaient raison.

Arrivé à la plage, j'allonge ma serviette, place mon parasol et m'assoupi et tout d'un coup je me retrouve à la frontière pour la traverser où seuls 4 policiers du côté algérien et 4 du côté marocain vérifiaient notre carte nationale pour passer celle-ci. Je dis à mon ami, tu vois si on avais fais ça il y a 55 ans nous serions l'une des plus grandes puissances mondiales économiques, regarde notre monnaie unique le Maghreb est plus forte que l'euro car nous n'importons rien, nous avons le tourisme, l'agriculture, le pétrole, le gaz et surtout les hommes. Notre monnaie le Maghreb est demandé car les touristes européens, américains et asiatiques ont besoin de celle-ci pour voyager dans nos pays, ils ont besoin de cette monnaie pour importer notre agriculture ou notre pétrole. Pour nous maghrébins on se complète et l'échange de nos productions locales nous permet d'être à l'abri de toute crise et indépendant de tout autre pays autre que ceux du Maghreb des peuples. Je continue mon  analyse et lui dit tu sais nous les ennemis de nous-mêmes et les européens, américains ou asiatiques se frottent les mains de notre "tbaghlilisme".

Je lui dis pourquoi les européens ont créé leur monnaie unique et ont réussi à mettre en échec le dollar et nous non et regarde le temps qu'on a mis pour arriver à unifier notre monnaie. Il me dit surpris car il a toujours pris la voie aérienne,  nous sommes déjà à Oujda, je lui rétorque tu crois qu'on a pris l'avion pour Casa, Oujda se trouve uniquement à 13 kilomètres de la frontières. Il ne répondit pas mais j'ai compris qu'il s'iinterrgeait sur la bêtise humaine puis il s'arrêta près du café de France au boulevard Mohamed V et tout d'un coup je vois mes amis du lycée Omar Ibn Abdellaziz d'Oujda, Kherbouche Abderrahmane, Triqui Abdellatif, El Grari Ali, M'sirdi Najib, Haddam, Ghomari Azzedine qui sautèrent sur moi dès qu'ils me reconnurent pour m'embrasser, ils ne croyaient pas leurs yeux me voilà de retour après plus de 23 ans de séparation. Nous nous assîmes au café et parlâmes tristement de ceux qui ont disparus, de ceux qui sont malades et de ceux qu'on a perdus de vue. On étais tous heureux de se voir et encore plus en contemplant notre nouvelle monnaie et la nouvelle politique de nos dirigeant. J'étais aux anges de vivre ça au moins une fois dans cette vie, revoir mes amis de classes, mes camarades, mes souvenirs, les coins où j'ai grandi etc..

Tout d'un coup, je sentis une goutte d'eau sur mon corps et mon ami debout en train de s'essuyer le corps car il venait de sortir de l'eau, j'ouvris les yeux un sourire triste sur mes lèvres pour regarder mon ami. Je me lève sans dire un mot et me dirige vers la mer pour plonger et oublier ce beau rêve. "Lorsque le rêve est merveilleux, le réveil est souvent amer car il nous remet dans la réalité".

Le Maghreb des peuples restera une utopie qu'aucun dirigeant algérien ou marocain n'a pu résoudre.

 Et la frontière Zoudj Bghal restera fermer malgré nous, cela a été comme d'habitude décidée par les politiques et non par les peuples.

Hakem Bachir professeur de mathématiques au lycée Colonel Lotfi d'Oran.

 

 

Tag(s) : #Maghreb et Moyen Orient, #Vie politique

Partager cet article

Repost 0