Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

le 26.05.17 | 12h00 Réagissez

 
 

Une année après avoir pris la tutelle du ministère de l’Energie en remplacement de Salah Khebri, Noureddine Boutarfa, qui était ces deux derniers jours à Vienne pour prendre part à la 172e conférence ministérielle de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a été remercié par le président de la République.

C’est au moment où le ministre partant discutait avec ses pairs sur les moyens de stabiliser le marché pétrolier que la décision est tombée. La veille, M. Boutarfa a proposé l’installation d’un comité de suivi de l’accord OPEP-non OPEP chargé uniquement d’examiner le niveau du respect des engagements des pays producteurs. Une proposition jugée intéressante par plusieurs pays, mais qui ne pourrait pas être mise en œuvre avec son appui au vu de cette nouvelle nomination au département de l’Energie.

M. Boutarfa a, en effet, été remplacé par son successeur à la tête de Sonelgaz. Celui qui a conclu l’Accord d’Alger en réussissant à convaincre, en décembre dernier, lors de la réunion extraordinaire d’Alger, Riyad, Téhéran et Moscou de réduire leur production de pétrole n’aura pris les rênes du département de l’Energie que pour moins d’une année dans un contexte économique difficile pour le pays.

Cet accord, qualifié d’historique, est l’un des points phares de son bilan. La décision de réduire le volume de production de l’Organisation avait, pour rappel, fait l’effet d’une grosse surprise, tout comme le remplacement de Boutarfa suite au changement intervenu après les élections législatives du 4 mai dernier. C’est en effet la décision de réduction du volume de la production la plus importante depuis celle de 2008.

Elle a redonné des couleurs au marché après une longue période de déprime et ses résultats sont attendus à long terme, de l’avis même de M. Boutarfa le 24 mai dernier à partir de Vienne. «Les résultats de l’accord ont mis du temps. L’augmentation des prix sur les trois premiers mois de 2017 s’explique plus par l’effet psychologique de l’accord que par un effet réel du marché. Les fondamentaux du marché n’ont pas vraiment été modifiés durant ces mois, mais maintenant oui, le marché physique commence à répondre.»

Energies renouvelables

On retiendra également de l’ère de Boutarfa le lancement effectif du programme national des énergies renouvelables, le limogeage à Sonatrach de Amine Maazouzi, son remplacement par Abdeloumene Ould Kaddour, l’éviction de  Akli Remini, vice-président aval de la compagnie, ainsi que les mutations portant sur le management de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbure (Alnaft). Qu’apportera de nouveau son remplaçant, Mustapha Guitouni ?

 

Il consolidera sans nul doute l’opération de recouvrement des créances de Sonelgaz évaluées à 62 milliards de dinars et poursuivra la politique énergétique du pays en dehors des énergies renouvelables, dont le dossier a été confié au même titre que celui de l’environnement à un nouveau département que chapeautera Fatma-Zohra Zerouati, ancienne journaliste de l’ENTV et présidente de la Fédération des associations de protection de l’environnement.


Samira Imadalou
Tag(s) : #Vie politique

Partager cet article

Repost 0