Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Macron courtise Poutine à Versailles, pendant que Trump admoneste Merkel à Bruxelles lors de la rencontre de l’Alliance Atlantique (OTAN) obsolète, que faut-il comprendre de ces manœuvres diplomatiques ? Avec l’élection du pion Emmanuel Macron à l’Élysée, le Grand capital français consolide son alignement politique derrière l’Allemagne qui poursuit son bras de fer économique avec les États-Unis d’Amérique dont le Grand capital a décidé de pousser le polichinelle Donald Trumpaux commandes de son bateau ivre espérant renflouer leur rafiot.

 

Le lendemain de son intronisation, le larbin Macron a reçu son ordre de mission des mains du généralissime Angela Merkel, porte-parole du Grand capital allemand, soit de proposer un compromis à Vladimir Poutine, l’homme fort du capital russe, d’autant plus rapidement que Donald Trump, qui a eu cette idée le premier, en est empêché par un clan adverse terrer au FBI et au Pentagone.

 

C’est la signification profonde de cette rencontre précipitée entre Poutine et Macron au Château de Versailles où "l'infant" président français recevait l’ours du Kremlin qui, politicien rusé, à jouer le jeune premier heureux d’être courtisé. Il n’est pas assuré cependant que le « beau Poutine aux bois dormants » accepte ce prétendant européen nouvellement réaligné et encore empêtré dans ses vieux habits transatlantiques.

 

Le Dragon chinois, dont personne ne parle ouvertement et qui pourtant hante le pavillon de chasse de la cave jusqu’au toit, veille dans l’antichambre de sa nouvelle Route de la soie qu’il célébrait justement quelques jours auparavant à Pékin-Shangaï la nouvelle « Rome » impériale (1).

 

Il ne faut surtout pas se leurrer, la joute engagée concerne bien davantage que la destruction de la Syrie, les massacres en Irak, la mise au pas de l’Iran ou le bombardement d’une casemate à Raqqa où se terrent quelques rats pseudo-islamistes. Ce qui se joue en ce moment sur l’échiquier mondial, entre les factions du Grand capital international, c’est la mise en place de nouvelles alliances en prévision d’un affrontement dont le coup d’envoi sera marqué par un krach boursier et l’effondrement du dollar surévalué. De cet immense séisme économique surgira un cataclysme social où le prolétariat mondial aura le choix, encore une fois, de ravaler sa hargne et de laisser faire comme il le fait depuis des décades, ou alors, en tant que classe sociale consciente, de se révolter et de prendre la direction de l’insurrection des opprimés.

 

À moins qu’une nouvelle guerre mondiale ne vienne mêler les cartes et réclame son tribut de sang populaire et prolétarien avant que la révolte ne gronde en son cratère pour qu’enfin ce soit l’irruption de la fin. D’ici là, camarades, observer bien les crimes de guerre qu’ils vont perpétrer partout sur Terre, ils présagent de ce que sera cet enfer d'une prochaine guerre nucléaire. 

        

(1)   http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/laxe-geoeconomique-teheran-pekin-moscou/

Tag(s) : #Politique internationale

Partager cet article

Repost 0