Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La SG du Parti des travailleurs a animé un meeting dans la matinée d’hier où, sans ambages ni fioriture, elle a pris la parole, pendant plus d’une heure, face à une assistance nombreuse constituées de simples citoyens pour dresser un véritable tableau noir de la situation politique, économique et culturelle que traverse le pays sans oublier de faire une digression sur la politique entamée par le nouveau locataire de la Maison Blanche et ses effets sur l’échiquier politico-économique aux Etats-Unis même sur l’Europe et les pays émergents.


Pour Louisa Hanoune, 2015 a été l’année du virage dangereux pour le pays avec l’adoption de la loi de finance complémentaire suivie de la même loi de 2016 qui, dit-elle est passée en force à l’APN malgré la levée de bouclier de plusieurs partis qui se sont opposés à «cette loi qui porte en elle les atteintes à la stabilité du pays, à son économie et aux acquis sociaux en très nette régression la grande majorité des citoyens, une loi au profit d’une minorité de nouveaux riches au détriment des classes moyennes, des pauvres et des démunis», dit-elle
 

L’oratrice dénonce la loi de finances complémentaire de 2015 qui a appauvri les communes par la décision de diminution de leurs recettes fiscales engendrée par la baisse de la TAP (Taxe sur l’activité professionnelle) de 50 %, une loi aggravée par l’armada de textes des lois de 2016 et 2017, textes antisociaux et antinationalistes, à l’exemple de la loi sur la retraite adoptée de force à l’APN malgré toutes les oppositions, et celle relative aux petites et moyennes entreprises qui ont été livrées en pâture à la voracité du secteur privé.
Depuis 2015, rappelle Louisa Hanoune, la déréglementation des relations de travail n’a fait que s’accentuer par la destruction des équilibres des valeurs et des gardes-fous, ce qui a conduit à une exploitation plus effrénée des travailleurs en même temps que s’est accentuée la dilapidation des finances publiques par une toute petite minorité, parasitaire oligarchique qui bénéficie du soutien de responsables dans les institutions de l’Etat, cette minorité qui porte atteinte à la classe ouvrière, les petits fonctionnaires, les étudiants, les classes sociales déjà saignées et même les handicapés et dont la situation ne fait que s’aggraver de jour en jour
Parlant des communes elle relève que plus de 1 000 communes, soient les 2/3 de l’ensemble des communes voient leur situation se détériorer par la réduction de leurs recettes.
«Face à cette folle fuite en avant, le gouvernement détruit le régime républicain et le vide de son contenu social de par le fait qu’il permet au secteur privé, sous couvert d’un partenariat public/privé, sauvage, de dévorer le secteur public de ses acquis conquis depuis l’Indépendance. Et aucun secteur n’est épargné, ni la santé ni même l’Université promise à cette forme fallacieuse de privatisation» ajoute la SG du PT.


Pire encore, note l’oratrice, cette politique de la fuite en avant conduit le pays encore une fois à la dette extérieure dont on s’était acquittée pour pouvoir se prévaloir de la liberté des décisions politiques en ajoutant que cette orientation porte en elle les dangers certains pour l’avenir du pays.
Hanoune rappelle à tous la nouvelle politique américaine et ses visées hégémonistes, son soutien à l’entité sioniste, le projet d’éradiquer la révolution palestinienne, les guerres fomentées à travers diverses contrées du monde, la recrudescence du terrorisme qui prolifère dans le terreau de la précarité économique, et seuls les pays qui se seront dotés de régimes démocratiques forts pourront faire face à ces visées néo impérialistes.
En pointant du doigt le Gouvernement, elle l’accuse de n’avoir pas de boussole politique et/ou économique et qu’il ne peut plus masquer les contradictions flagrantes ni cacher les vérités malgré les faux rapports contradictoires et controversés et pour preuve ; chaque instance avance ses propres chiffres, notamment en ce qui concerne les taux de chômage de chaque tranche d’âge et de chaque catégorie.


La SG du PT rapporte à ce sujet que pour les 16 /24 ans le taux de chômage, selon le rapport de la Banque d’Algérie, en 2015, était de 30 %, actuellement précise-t-elle il dépasserait les 35 % parce que toutes les portes de recrutement ont été fermées dans le secteur public et dans la Fonction publique. Ces chiffres sont en parfaite contradiction, relève-t-elle, le rapport de l’ONS (l’Office national des statistiques) de septembre 2016, ne parle que d’un taux de 26 % pour cette tranche d’âge. Ce même rapport indique que plus de 800 000 Algériens, soit 48,5 % des jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont pas scolarisés, qui sont d’anciens diplômés, des hommes et des femmes, ne sont pas comptés comme chômeurs alors qu’ils ne sont pas actifs, cette catégorie constitue absolument une bombe qui peut exploser à n’importe quel moment. 
De plus dit-elle, toujours selon le rapport de l’ONS d’avril dernier, le taux d’emploi cette fois pour les 25/60 ans a été de 37 % et que le temps de travail prescrit par la loi est bafoué puisque certains travaillent de 40 à 60h par semaine alors que le temps de travail réglementaire est fixé à 40h par semaine.
Parlant des prochaines législatives, Louisa Hanoune dira : «Ce sera un rendez-vous décisif, sans précédent, de par l’alternative qu’il pose, à savoir : ou bien le scrutin est crédible et renforcera la démocratie ou bien ce sera la porte ouverte sur tous les dangers, ce qui donnera l’occasion aux pays étrangers d’intervenir comme cela s’est produit dans de nombreux pays.»
Karim O.

Nombre de lectures :

Tag(s) : #Vie politique

Partager cet article

Repost 0