Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il se trouve que la diplomatie étrangère mène une étrange bataille, à l’instar de cette fusée qui ne veut pas décoller, par ce souci de ne pas déranger les maîtres, et faire subir les conséquences néfastes aux peuples de la région. Quand on n’aime pas le peuple, on le lui fait savoir, et on rajoute du rabiot,comme dirait l’autre. Nous savons tous que la  protection de l’armée est dans la conscience  politique du peuple et que son avant-garde est la diplomatie. On peut donc dire que la protectrice du peuple est donc en danger.     
                                                
Tout le monde y compris les ministères des Affaires Étrangères savent que le royaume chérifien mène la guerre à l’Algérie, surtout à cause de son soutien à la juste cause du Sahara Occidental, et a sa  lutte de libération à laquelle notre pays est attachée naturellement, que tout pouvoir est dans l’obligation d’en être fidèle.
Cette guerre que l’information des médias lourds nous serine et dont nous avons échos forcément, quotidiennement par les  informations de ces  saisies de grandes quantités de drogues aux frontières et pas seulement. Étrange que cette reconnaissance de l’adhésion du Maroc à l’Union Africaine. Étrange cette rencontre de Ouyahia avec le leader des frères musulmans  libyens. Ces deux cas étranges , mais pas seulement, font-ils qu’il y n’y a pas un seul ministère des affaires étrangères mais deux ? Ils se complètent avec la ruse organique de les rendre distincts  l’une de l’autre. Ils relèvent de la même stratégie qui consiste à se préserver des réalités quitte à ce que le peuple endure encore et encore les malheurs du passé.
 
L’Afrique du Sud fidèle aux luttes de ses ainés, fidèle à ses martyrs ne veut pas continuer à faire subir à d’autres peuples l’apartheid, le martyr, le racisme, la colonisation, refuse que le ver rentre dans le fruit. L’Afrique du Sud était contre l’adhésion du Maroc à l’U.A 
.Oui et comme dit Hamid Oussedik «  La création de l’Union Africaine constitue une étape majeure dans l’évolution politique et institutionnelle du continent ». Israël plus que Hamid le sait et introduit son ver : le Maroc du roi, avec la complicité de Lamamra et son compère. La régression, comme tout le monde le sait est dans le maintien et le recommencement  des malheurs des peuples .La réaction trouve son refuge dans la neutralité, qui très souvent semble sans couleur politique, et s’enveloppe dans  le h’chicha talba m’icha, cette  inconscience du fait politique que est le reflet de la neutralité et entretient la conscience religieuse que les gouvernants maintiennent et enrichissent.
 
L’Égypte, la mère du monde, d’où est issue la civilisation qui nous est parvenue,  à ce jour, de son araméen, la langue des pharaons, cet ancêtre de l’ arabe dont on ignore à ce jour l’origine, qui tient plus de l’égyptien  que de cet contré de nomade qui a usurpé l’arabe pour s’élever, et mieux détourner, kidnapper ce trésor, ce fabuleux trésor nommé islam, est contre les frères musulmans, avec qui Ouyahia flirte encore aujourd’hui et manque forcément de respect aux martyr, à tous les martyrs  depuis l’éternité,  et à Mohamed Lamari ,à ses djounouds et ses partisans en particulier. Ceux qui critiquent l’arabe , ceux qui sous estiment son passé doivent savoir que même Jésus sur sa croix,c’est en arabe qu’il s’écria « Allah, allah, limadha sabactani » «  Mon Dieu , mon Dieu t’en vas-tu le premier ? ».
 
C’est pour dire que l’arabe n’a pas comme origine l’Arabie Saoudite comme veulent nous le faire croire Israël et autre colonialistes mais l’Orient qui a été maitre du monde et dont la Grèce n’était qu’un des cantons. Aristose est né en Asie mineure, un Oriental, comme Jésus et tous les prophètes , dont le plus noble, le plus savant, le plus humain s’appelle Mohamed, un arabe, au temps ou l’arabe dominait la moitiè du monde et qui faisait de l’ombre à tous les rois de Rome et de Bysance : Arius, et Athanase, Nestorius et Cyrile, Théodora et saint Sabat. Ce n’est pas étrange qu’il existe des orientalistes et pas d’occidentalistes. Si l’Orient a porté la civilisation pendant plus de 6000ans l’Occident qui l’a prolongé n’est qu’à sa deuxième millénaire et déjà en décadence.Des deux civilisations seule la sortie du capitalisme nous projettera dans l’Humanisme, qui forcément relève d’une vie de partage, d’un destin commun, communiste, qu’on l’appelle à défaut d’un autre nom.Juste pour dire qu’il y a l’après, forcément, naturellement.
 
Le « vaincu d’avance » est  celui ou celle qui ne livre pas bataille, pour la prospérité de son peuple. L’angle mort de la diplomatie actuelle est de ne pas déplaire aux maitres du monde. Cette politique, entraine un éternel recommencement d’événements dramatiques pour le peuple.Ceux qui habitent Dar Essolta elallia n’ont en cure. C’est dans ce sens que Abderrezak Bouguetteaya cet autre enfant d’El-Mouradia chante Dar essoltane 3alia :
Fiha el7oukkam fachla
Fiha echa3b dja3 ma kla...                                                                                                                                                                              On dit que c’est à cause des deux vers qu’il a été en prison et que par la suite il est mort empoisonné. Personnellement je ne partage pas cette version. Je pense qu’il a été emprisonné et par la suite peut-être empoisonné c’est pour avoir critiqué la Zaouïa en chantant les vers suivants : El-djounoud fi stouh harsine                                                                                                                                                                                      Ya wih li yirfid el aïnine                                                                                                                                                                                 Yas bah masjoune fil hïne                                                                                                                                                                                Yi terma fi Zaouïa                                                                                                                                                                         Il a mis la prison du commissaire sur le même plan que la Zaouïa, c’est je pense ce qui lui a été fatal à l’instar de Kateb avec le minaret qui ne décolle jamais. Les dirigeants qui n’aiment pas saout echaab sont pour un éternel recommencement, pour pouvoir perdurer. La politique de la Samahate.Cette politique n’est elle pas le reflet du combat perdu parce qu’il n’a pas été livré et qui perdure ? Saadeddine Kouidri
Tag(s) : #Vie diplomatique

Partager cet article

Repost 0