Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Amar Ezzahi n’est pas un chanteur chaabi, comme il est dit, mais plutôt un chaabi qui chante merveilleusement bien. Orphelin de mère et de père, et après la mort de la seule parente : sa tante, qui s’occupait de lui, c’est sa voisine qui prend la relève jusqu’à mort.Comme on voit il n'avait pas besoin, dans ce cas, du Ministère de la Culture pour les besoins "terre à terre" comme on dit. Il semait et récoltait cet amour du peuple qui s'affiche aujourd’hui lors de son enterrement où la majorité du peuple, qui l’accompagnait à sa dernière demeure,était si nombreux qu'il  n’a pu accéder au cimetière.                                                                                                                                                                Son humble demeure devrait être élevée en musée pour l’exemple à la jeunesse et illustrer  ce nationalisme-populaire qui rejoint par son labeur, sa modestie, sa manière de vivre, sa science, son art, son dévouement; les héros de la nation-populaire, ces amoureux du peuple. Le peuple en amour de leur enfant est à l'image de Amar Ezzahi. 

Saadeddine Kouidri

Tag(s) : #Vie Culturelle

Partager cet article

Repost 0