Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Quelles sont les raisons de la contestation des chauffeurs de VTC ? L’un d’eux détaille à Rue89 l’évolution de ses revenus depuis qu’il a commencé à travailler pour Uber.

 
 
 

En colère contre les plateformes de réservation comme Uber, quelques chauffeurs de VTC se sont rassemblés ce dimanche matin aux abords de l’aéroport de Roissy, en région parisienne.

Trois organisations de chauffeurs, Unsa-VTC, Capa-VTC et Actif-VTC, ont lancé plus tôt dans la semaine une mobilisation contre les plateformes de réservation pour réclamer entre autres une meilleure rémunération.

Jean-Luc Albert, président d’Actif-VTC, détaille à Rue89 les raisons du mouvement :

  • Le prix minimal d’une course jugé trop faible. « Uber décide de manière unilatérale de ses tarifs, qui sont très bas : on veut qu’ils remontent. »
  • La commission que prélève Uber, de 25% : « Nous souhaitons la voir passer à 15%. »
  • Les déconnexions arbitraires. Jean-Luc Albert explique que fréquemment, des chauffeurs sont déconnectés de l’appli, « sans qu’ils puissent s’exprimer ou se défendre ». « Si un client assure qu’un chauffeur l’a insulté, par exemple, Uber va vous déconnecter sans vous appeler et sans vérifier. »
  • Du dialogue : « Toutes décisions tarifaires devraient faire l’objet de discussions bilatérales. »

« Pour 16 heures de travail par jour, un chauffeur gagne à peine le smic », dénonce Jean-Luc Albert, qui explique que les chauffeurs finissent par travailler plus d’heures.

« C’est ce qui explique la multitude d’accidents que l’on constate aujourd’hui. »

Le secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies, avait appelé samedi à mettre fin aux violences et aux blocages. Pour tenter de trouver une sortie de crise, il va recevoir ce lundi à 10 heures les représentants des chauffeurs et les plates-formes de VTC.

« Venez travailler pour nous »

Abdel, la trentaine, travaille comme chauffeur VTC à Paris depuis 2012, principalement pour Uber, et est adhérent à l’Unsa-VTC. Il a accepté de témoigner sous pseudo de l’évolution de ses revenus et de sa situation professionnelle.

Le chauffeur raconte qu’il gagnait jusqu’à 2 500 euros net par mois pour 50 à 60 heures de travail, avant la baisse des tarifs du service de VTC UberX, en octobre 2015. Les prix avaient alors diminué de 20%, mais pas les commissions prélevées sur les courses. On était déjà loin du temps où Uber, pour se lancer, proposait aux chauffeurs une rémunération de 45 euros par heure, peu importe le nombre de clients.

« Uber nous a dit “venez travailler pour nous pendant vos heures creuses, on vous garantit 45 euros de l’heure” », relate Abdel.

« Une fois qu’ils ont eu assez de chauffeurs, que l’appli est rentrée dans les mœurs, ils nous ont dit “à partir d’aujourd’hui, ce sera tant”. Ils ont baissé les prix. »

« Ubernaque » inscrit sur un cercueil, lors d’un rassemblement des chauffeurs de VTC Porte Maillot à Paris, le 15 décembre 2016 - Lionel BONAVENTURE / AFP

« 3,75 euros net de l’heure »

Avec la baisse des prix, Abdel fait plus d’heures. Il dit travailler sept jours sur sept, jusqu’à douze heures d’affilée. De 5 heures à 17 heures ou quelques heures le matin et quelques heures le soir, entrecoupées d’une pause. Le chauffeur travaille principalement pour Uber, « qui a la majorité des clients », et pour deux autres plateformes (Chauffeur privé et Le Cab).

Les petites courses représentent 70% de son temps de travail. « On en fait en moyenne trois par heures. » Uber ne leur facture ni le déplacement jusqu’au client, ni l’attente :

« Si je mets cinq, dix minutes à le rejoindre, je ne suis pas payé. Et si je dois attendre le client cinq minutes, je ne suis pas payé. »

Avant octobre 2015, la course minimale (moins de 3 kilomètres) était fixée à 8 euros. Elle a été abaissée à 5 euros le 7 octobre 2015. Abdel fait les calculs : trois courses minimales par heure équivaut alors à 15 euros brut.

« On donne ensuite 20% à Uber, puis 10% de TVA. Il reste 11,50 euros. Je dois ensuite compter les charges, le gasoil, le véhicule, la bouteille d’eau et les bonbons, et je me retrouve à 3,75 euros net de l’heure. »

Abdel dit qu’il se retrouve aujourd’hui à travailler 70 heures par semaine pour toucher 1 200 euros net par mois.

« Les chauffeurs n’arrivent pas à s’en sortir. »

Il veut aussi parler du système de notes – le nombre d’étoiles que les clients leur gratifient. Le compte d’un chauffeur avec une moyenne basse peut être déconnecté du service. « La perfection n’existe pas, et ils ne se rendent pas compte de la pression », commente Abdel.

« Il m’arrive d’amener des enfants à l’école – les parents téléchargent l’application. Des fois je me fais noter par des gamins. »

« Ils nous ont flingués »

Début décembre 2016, les clients d’Uber été informés d’une hausse des tarifs à compter du 8 décembre. Les chauffeurs ont reçu un e-mail d’Uber portant sur l’ajustement des tarifs.

« Depuis plusieurs mois, nous échangeons avec différentes associations et
partenaires indépendants afin d’améliorer notre compréhension de votre
situation. Notre objectif à tous : vous assurer une meilleure rentabilité », pouvait-on lire sur le message.

Uber a annoncé aux chauffeurs l’augmentation de la course minimale à 6 euros au lieu de 5, du prix à la minute de 0,3 au lieu de 0,25 euro et du prix au kilomètre de 1,05 au lieu de 1 euro. Mais Uber leur a aussi annoncé une augmentation des frais de service de 20% à 25%.

« Nous estimons qu’au final, ces changements tarifaires vous permettront en moyenne d’augmenter votre rentabilité de 5% », assure Uber dans son e-mail.

Capture du site Uber : les nouveaux prix forfaitaires pour UberX
Capture du site Uber : les nouveaux prix forfaitaires pour UberX

Abdel détaille les conséquences :

« Sur la course minimale, qui passe de 5 à 6 euros, on gagne 50 centimes brut. C’est mieux que rien. Sauf que sur les courses jusqu’aux aéroports, on perd 2,5 euros car les tarifs n’augmentent pas pour les clients mais la commission, elle, augmente.

Il faut donc faire cinq petites courses pour rattraper le manque à gagner sur une course aéroport. »

Il résume :

« Ils nous ont flingués et nous prennent pour des cons. Mes enfants, je ne les vois plus, je n’ai pas de vie et ils s’enrichissent sur notre dos. »

« J’ai de la haine contre lui »

Abdel en veut beaucoup à Uber :

« J’ai de la haine contre lui car il nous a foutu dans la merde. [...] Je suis libre de tout : de travailler quand je veux, de prendre des vacances quand je veux. Mais je suis responsable de mes clients, du véhicule. Uber facture les services à mon nom. Je suis responsable de tout sauf des prix et si je ne suis pas content, je pars. »

Il lui reste un an pour terminer de payer le crédit octroyé pour l’achat de son véhicule. Chaque mois, précise-t-il, 800 partent dans le remboursement du crédit et les assurances.

Abdel compte revendre sa voiture quand il aura terminé de le payer. Comme elle affiche déjà 300 000 kilomètres au compteur, il dit qu’il n’en tirera pas énormément d’argent et que fermer sa société lui coûtera cher.

« Dans un plan social, les salariés partent avec des indemnités et du chômage, moi je n’aurais rien. »

Avec la mobilisation, à laquelle il a participé, il n’a pas travaillé ce dimanche et ne travaillera sans doute pas lundi.

« Ce mois-ci, avec la grève, je serai surement à découvert. »

Tag(s) : #Altermondialisme

Partager cet article

Repost 0