Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme la langue d’Esope, Facebook et les réseaux sociaux, peuvent être considérés comme la meilleure et la pire des choses.

Sur Facebook, ce qui saute d’emblée aux yeux, est de vous trouver embarqué, à votre esprit défendant, dans une chasse aux "amis". Des personnes parfois connues, souvent inconnues qui deviennent par l’enchantement de la toile et du Dieu Pan, Zoukenberg, des « amis » avec lesquels vous allez « aimer », ou partager, commentaires, photos, vidéos et idées, en veux-tu, en voilà, au point d’en être submergé, débordé et vouloir quitter cette foire d’empoigne, de partout foisonnante, débordante et parfois délirante.

Toutefois, après quelques temps, on s’y fait, on s’adapte, on finit par trouver ses repères, dans ce jeu planétaire qui vous enracine et vous dépasse, né de la cervelle de quelques ado surdoués.

Les repères trouvés, on parvient, avec difficulté, à trouver sa voie dans cette chasse aux "amis" que certains pensent être « le nec plus ultra » de la notoriété, lorsqu’ils atteignent des chiffres mirobolants. Les fruits de la « cyber forêt », les uns fréquentables et enrichissants, d’autres vénéneux et pestilentiels, a force de masques et de pseudos, l’insulte et la désinformation, utilisés jusqu’à l’écœurement.

On parvient à force de patience à faire le tri entre le bon grain de l’ivraie.

Puis, l’on se pose la question métaphysique, à deux sous : à quoi servent les "amis" sur les réseaux sociaux, en dehors de ceux que l'on connaît dans la vraie vie ? Et, très vite, l’on ne rend compte que cela ne va pas très loin ; que l’on ne peut rien construire, ou presque, de tangible et de durable, et que la toile n’est finalement qu’un énorme théâtre d’ombres, hanté par les classes moyennes de la planète qui se donnent, posture et importance, qu’elles n’ont pas. Alors qu’elles sont flouées, dans leur naïve crédulité, par le grand capital de l'Empire tout puissant, pensant jouer un rôle déterminant dans la marche du monde.

Avant la guerre du Golfe des manifestations monstres avaient réunies, paraît-il, quelques quatorze millions de personnes, contre la guerre faite, sous de honteux et fallacieux prétextes, et autres mensonges, inventés par les sbires des Bush, au peuple d’Irak.

La Guerre a eut lieu, l’Irak fut envahi, détruit et mis sous séquestre et la tutelle d’un proconsul yankee qui désarticula toutes les institutions du pays, à commencer par l’armée de Saddam Hussein. Comme aujourd'hui, la Lybie ou la Syrie

Mais où sont donc les « amis », les leaders et les agitateurs, les organisateurs d’événements et les dispensateurs de la parole « divine » ou mécréante, les lanceurs de phrases, on ne dit plus les faiseurs d’événements? Ce qui me conduit à poser la question qui me taraude depuis bien longtemps : à quoi servent les réseaux sociaux, à quoi sert Facebook et Twitter, joliment manipulé par Donald Trump, le chevalier de l’Apocalypse qui risque d'appuyer sur le bouton rouge ? 

SMB

Tag(s) : #Politique internationale, #Vie politique

Partager cet article

Repost 0