Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Par 
Taille du texte :  
Poutine est le digne héritier des héros de l'Union soviétique

«L'armée russe met très longtemps à sceller sa monture, mais ensuite plus aucune armée au monde ne peut l'arrêter.» Citation d'un général prussien

Depuis quelques jours nous sommes confrontés à une deuxième bataille qui est celle de la fausse information diffusée en boucle par tous les médias qui n'arrêtent pas de raconter des mensonges sur la réalité de la situation à Alep. Le camp occidental dans sa version obamienne et hollandaise livre une ultime bataille, celle de désigner la Russie comme bouc émissaire et de désigner le gouvernement légitime de la Syrie comme bourreau de son peuple. Un constat: les médias se déjugent sans fausse honte, mais ont des difficultés à prendre les virages de la réalité. On aurait voulu présenter des cohortes de hères mourant de faim, de froid et que voit-on des cars où les réfugiés montent calmement, des voitures avec des enfants qui ne semblent ni mourir de faim ni de froid faisant même en riant le V de la victoire en face de la caméra occidentale qui aurait voulu capter autre chose. N'ayant rien à se mettre sous la dent, les médias recrutent des journalistes «libres» qui sont payés proportionnellement au déversement de fiel sur le pouvoir.
En fait et comme entendu sur la chaîne LCI, le journaliste qui sévit avec sa phrase élimée: «Ainsi va le monde» interviewant un expert sur la situation de l'après-Alep comme il la voyait, «les Français dit-il ne voulant pas de Bachar». Cette phrase m'a intrigué, elle dénote du fait que le logiciel colonial est toujours ancré dans la tête de ces «saigneurs». Les gueux, les faibles n'ont pas à discuter les ordres de l'Occident symbolisé par l'Empire et justement les vassaux qui -on l'aura compris- font les matamores avec les faibles, mais sont toujours ser(viles) avec l'Empire.
Cette fin de l'année 2016 a vu la fin de l'Empire dans sa version dicteur de la norme. On a beau arguer que le monde a changé, que les peuples relèvent la tête et ont une égale dignité. Le coup de baroud est donné par l'acharnement sur Poutine tout en faisant preuve d'un silence quasi religieux s'agissant de Mossoul où les coalisés ne savent pas comment s'en sortir - c'est-à-dire en définitive faire coup double, sauver Daesh et lui permettre de prospérer en Syrie- eux qui avaient prévu de donner une porte de sortie aux combattants de Daesh pour qu'ils aillent sur Raqqa. Les brigades chiites irakiennes ont vite verrouillé cet accès et la situation semble s'éterniser depuis quatre mois.

Les officiers de l'Otan faits prisonniers
«On apprend que plus de 110 officiers de l'Otan ont été capturés dans un bunker des terroristes Al-Nosra à Alep. Selon des rapports concordants sortant d'Alep ce 16 décembre 2016, au moins 14 officiers militaires de la coalition de l'Empire anglo-sioniste ont été capturés par les forces spéciales syriennes ce matin dans un bunker terroriste d'Al-Qaïda/Al-Nosra à Alep Est. Mais selon Veterans ToDay, le nombre d'officiers capturés serait supérieur à 110. VT donne les chiffres suivants: Américains 22, Britanniques 16, Français 21, Israéliens 7, Turcs 62.» (1)
La liste est très incomplète. Que devaient-ils faire avec des terroristes qu'ils ont «officiellement dénoncés?». En attendant, un silence assourdissant des médias sans honneur sur la Syrie et ce sujet en dit long sur le côté explosif de l'affaire si elle se répandait plus largement... Les médias enragés quand il s'agit de diaboliser sans preuve Assad se font d'un silence assourdissant quand il s'agit de signaler la présence illégale des officiers de l'Otan et même de l'Arabie saoudite et du Qatar dans un bunker à Alep et si tout le tintammare était de faire exfiltrer ces mercenaires qui ne peuvent pas invoquer la convention de Genève sur les prisonniers de guerre. Ils serviront vraisemblablement de monnaies d'échange et on peut penser que la réunion du Conseil de sécurité à huis clos va débattre aussi de cela, car mettre de l'humanitaire comme s'entête à le demander Obama par Hollande interposé est irréalisable pour l'ambassadeur russe aux Nations unies.

Poutine: l'âme damnée de Obama


Vladimir Poutine reste l'homme le plus puissant du monde, devant Donald Trump et Angela Merkel, selon le classement 2016 du magazine Forbes. A 64 ans, le président russe remporte le classement du magazine américain pour la quatrième année consécutive. «Depuis son pays natal jusqu'en Syrie en passant par les élections américaines, le dirigeant russe continue à parvenir à ses fins», estime Forbes. (2)
Le moins que l'on puisse dire est que Poutine dérange les dirigeants occidentaux. On se souvient comment il avait fait la leçon à Sarkozy au dernier G8 auquel il a participé: Morceaux choisis: «Dans un documentaire diffusé ce jeudi, le journaliste Nicolas Hénin raconte les coulisses d'une rencontre en 2007 entre Nicolas Sarkozy, et Vladimir Poutine. Un face-à-face au cours duquel l'homme fort de la Russie aurait si violemment humilié son homologue français que celui-ci était apparu chamboulé lors de son point presse.»
«Vladimir Poutine userait de méthodes d'intimidation face à ses homologues, ne se privant pas de les remettre à leur place quand leur attitude lui déplaît, voire de les humilier. L'homme qui en fait les frais dans cet extrait est le nouveau président français d'alors, Nicolas Sarkozy.» «Selon le compte rendu que dresse le journaliste Nicolas Hénin d'un tête-à-tête en 2007 entre les deux dirigeants dans Le mystère Poutine, le chef de l'Etat français, qui à l'époque a pris ses fonctions depuis peu, commence par expliquer sur un ton assuré à Vladimir Poutine qu'avec lui, «on va parler des sujets qui fâchent». Les centaines de morts en Tchétchénie? «Inadmissible», lâche le locataire de l'Elysée. Anna Politkovskaïa, la journaliste russe assassinée? «Inadmissible». D'après les sources de Nicolas Hénin, le président russe aurait d'abord répondu par un silence. Malaise dans la pièce. L'homme fort de Moscou aurait ensuite entrepris de rappeler à Nicolas Sarkozy de ne pas trop jouer les insolents.» (3)
««Bon alors je vais t'expliquer. Tu vois, ton pays, il est comme ça», lui aurait-il dit, mimant un petit écart avec ses mains. «Mon pays, il est comme ça», aurait-il poursuivi, écartant cette fois largement ses bras. Alors maintenant, de deux choses l'une, ou bien tu continues sur ce ton et je t'écrase. Ou alors tu arrêtes de parler comme ça et tu verras. Tu viens juste de devenir Président de la France mais je peux faire de toi le roi d'Europe», lui aurait-il lancé, dans un discours ponctué d'insultes et de propos humiliants. Selon le journaliste, Nicolas Sarkozy serait ressorti complètement «éberlué» de cette rencontre. Comme «K.-O. debout». Choqué au point de paraître encore tout chamboulé, bien que souriant, lors du point presse.» (3)
On reproche à Poutine pourquoi il a tenu tête à la normalisation voulue par l'Empire après la réddition en rase campagne de Gorbatchev à qui on a donné le hochet du prix Nobel. C'est un fait que les Etats-unis de Fukushima pensaient que c'était la fin de l'Histoire, notamment en installant Eltsine qui a achevé de dépecer la Russie en la confiant aux oligarques. Avec Poutine qui a une haute idée de la grande Russie de Pierre le Grand, de Catherine II celle qui avait pensionné Voltaire venu se ressourcer.
Comme l'écrit Merzak Tigrine: «Pour sa dernière sortie médiatique à la Maison-Blanche, le président Barack Obama a mis en garde son successeur républicain, Donald Trump, contre l'intention de Vladimir Poutine d'affaiblir les États-Unis comme il fait avec l'Europe. Vladimir Poutine est au centre des préoccupations de la Maison-Blanche, notamment après que le FBI a conforté la CIA dans ses conclusions sur une intervention de la Russie dans l'élection américaine. C'est ce qui ressort des déclarations de Barack Obama lors de sa conférence de presse vendredi soir en sa qualité de président des États-Unis. Il a promis d'envoyer un ´´message clair´´ à la Russie après les cyber-attaques qui ont perturbé l'élection américaine. (...)La Russie ´´est un pays plus petit, un pays plus faible´´, a lancé Barack Obama dans une formule qui devrait à coup sûr faire bondir son homologue russe, ´´mais ils peuvent nous affecter si nous oublions qui nous sommes´´, a-t-il ajouté.
´´M. Poutine peut nous affaiblir, comme il tente d'affaiblir l'Europe, si nous commençons à admettre l'idée qu'il est acceptable d'intimider la presse, ou d'enfermer les dissidents´´, a souligné le président américain. (...)Dans la foulée, il a aussi révélé avoir demandé directement en septembre, en marge d'un sommet du G20 en Chine, à Vladimir Poutine de ´´cesser´´ les cyberattaques, au risque de ´´conséquences sérieuses s'il ne le faisait pas´´. Réagissant à ces accusations, Moscou a riposté par la voix du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en marge du déplacement de Vladimir Poutine à Tokyo. ´´Il faut soit cesser d'en parler, soit apporter enfin des preuves. Sinon, tout ça est plus qu'indécent´´, a-t-il déclaré (3).

Le sacerdoce de Poutine
Dans cette affaire, personne ne parle des méfaits de la NSA qui espionne tout le monde, à commencer par les portables des vassaux (Merkel). Ariane Walter résume magistralement à la fois les combines de l'Occident devant ce personnage qui ne veut pas rentrer dans le rang et dans le mouvement, elle décrit avec délice les avancées de Poutine et sa méthode pour éviter les pièges. «Je dois avouer écrit-elle, que je reste assez stupéfaite de ce que j'ai vu, en consacrant quatre longues heures de ma soirée, à deux documentaires sur Poutine. 'Le mystère Poutine'' et 'Poutine, le nouvel empire''. Après les évènements d'Alep et le concert de pleureuses hystériques made in Soros, on pouvait s'attendre au pire, mais non. La grâce du sujet a dépassé les lourdeurs d'une intention propagandiste qui n'a pu tenir ses promesses.» (4)
Ariane Walter nous décrit comment les médias ont traité l'itinéraire de Poutine L'enfance du héros. (..) Poutine, comme Macron, a eu une institutrice dévouée qui, nous dit-on, l'a sauvé des mauvais quartiers, mais il ne l'a pas épousée ce qui détermine deux destins très différents! L'émission explique comment cet être, au demeurant fade et soumis, finit par être remarqué pour ces deux qualités et placé au pouvoir par les oligarques qui comptaient en faire leur marionnette. Surprise. Poutine mouche un oligarque et lui demande de lui rendre son stylo! Le présent du dictateur. On l'attendait, on l'a. La Tchétchénie avec cette accusation non prouvée du rôle de la FSB dans trois attentats à Moscou, les médias muselés et fermement, les assassinats de journalistes, les témoignages à charge. Main de fer dans un gant de velours. Ceci existe. C'est une réalité. Mais le documentaire a l'honnêteté de montrer comment Poutine a sauvé la Russie du marasme Eltsinien».(4)
«Poutine le nouvel empire» va alors être la divine surprise. D'une part par la qualité de ses intervenants, en particulier Hubert Védrine et Hélène Carrère d'Encausse, et surtout par son propos: de l'Histoire et non de la propagande de basse Amérique. Avec cette étude passionnante d'un destin tellement inattendu, forgé par les circonstances. Passionnant d'apprendre comment cet homme, favorable à l'Union européenne au début de sa carrière, va être traité comme une merde par le cartel capitaliste et, sentant la menace infinie de l'Otan, entamera, le couteau sous la gorge, pour ne pas devenir un nouveau Kadhafi, une partie d'échecs qui le place très haut dans l'Histoire de notre monde. J'ai un peu l'impression que Védrine et d'Encausse sont amoureux de Poutine..!» (4).
Poutine est entré dans l'Histoire des débuts d'un autre monde au moment où Hollande, notre clown de service, s'apprêtait à aller bombarder la Syrie. De graves accusations étaient portées contre Assad, que la suite a révélées fausses: l'utilisation de gaz sarin contre sa population. Le fil rouge avait été franchi! Et c'est là que Poutine, soutenu par le pape (!) a fait cette proposition: qu'Assad se débarrasse de tout son arsenal chimique! Proposition acceptée par les Etats-Unis dans un monde de menteurs où tout est ruse et trahison. C'est à ce moment-là que pour beaucoup d'entre nous, Poutine est sorti de son armure de dictateur infréquentable pour devenir un sauveur. Merci Poutine. En face de lui, une clique qui avait laissé faire le 11 septembre pour ne pas dire, ce qui sera révélé demain, qu'elle l'a organisé. Et ce n'était sans doute pas le premier crime auquel l'Etat profond mettait la main à la pâte. N'est-ce pas JFK?» Le peuple et les faiseurs d'argent qui font plus leur beurre en temps de paix qu'en temps de guerre. Sans oublier les États-Uniens qui, comme Snowden, au FBI et ailleurs, connaissaient le dessous des cartes et en avaient assez d'être dirigés par des fous!» (4).
«(...) Le petit blondinet de Saint-Petersbourg a brusquement sorti de son sac des armes qui prouvaient qu'en cas de conflit nucléaire il ne resterait pas grand chose, en quelques minutes, des plus grandes villes des États-Unis. (...) Cette année le Père Noël ne va pas se fatiguer pour ses cadeaux. Nous avons déjà reçu le Brexit, la fin de Ceta et de Tafta, la défaite de Clinton, l'élimination de Hollande, de Juppé, de Sarkozy, de Renzi, la victoire d'Alep!!! Au coeur de toutes ces victoires, Poutine. Etudier la savante partie d'échecs qu'il a menée est un régal. Comment, boudé, humilié, menacé il a continué son chemin et fini par faire la conquête de tous les peuples. Poutine et la Crimée, Poutine et la Syrie, Poutine et les élections aux États-Unis. A-t-il hacké ces élections? S'il ne l'a pas fait, c'est un imbécile. Et il ne l'est pas. (...) Seul bémol à ses triomphes, la présence, en face de lui d'ennemis faibles, démasqués et haïs. Conquérir tous les peuples quand on a pour adversaires Hollande, Merkel, Cameron, et la clique Obama, c'est quand même facile.» (4)
On le voit, Poutine est le digne héritier des héros de l'Union soviétique que sont le peuple et ses généraux, tels que Guiorgui Joukov l'officier général le plus décoré de l'histoire de l'Union soviétique qui réussit à terrasser l'ordre nazi avec des généraux et non des moindres comme Von Paulus à Stalingrad,. Poutine est aussi l'héritier du maréchal Koutouzov celui qui battit la grande armée de Napoléon et amena la Berezina devenue par la suite une expression signifiant la débâcle. Le général prussien a mille fois raison. Il est à craindre que l'Occident ne tire pas suffisamment les leçons de l'Histoire et il n'a pas compris que le barycentre lui a définitivement échappé au profit d'un multilatéralisme de l'apaisement et du soleil pour tous.

1.http://numidia-liberum.blogspot.com/2016/12/au-moins-14-officiers-de-lotan-captures.html
2.http://www.bfmtv.com/international/classement-forbes-poutine-homme-le-plus-puissant-du-monde-devant-trump-1070988.html
3.http://www.bfmtv.com/international/comment-sarkozy-s-est-fait-humilier-par-poutine-en-2007-au-point-qu-il-semblait-ivre-1071168.html Merzak Tigrine http://www.liberte-algerie.com/international/obama-met-en-garde-contre-poutine-260629
4.Ariane Walter https://www.legrandsoir.info/poutine-un-ovni-sur-france-2.html

Tag(s) : #Politique internationale

Partager cet article

Repost 0