Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un article écrit en janvier 2016, qui nous parle encore, à l'heure où la Syrie vient de reprendre Alep, au grand dam des anti Bachar.

 

Depuis les attentats de Paris, on entend Hollande et son inénarrable premier Vizir, proclamer la guerre ubi et orbi. Obama et ses alliés relaient ces déclarations fracassantes, chacun à sa manière.

 

Les voies du désastre planétaire

Sous de fallacieux prétextes, ils bombardent l’Irak et la Syrie à bombes que veux-tu. Ils nous donnent ainsi l’impression de pourchasser un ennemi qu’ils ont créé de toutes pièces,  un Etat prétendument islamique sous la houlette d’un certain Al Baghdadi, présenté comme une créature du Mossad par tous les médias et autres réseaux sociaux. L’islam radical étant devenu, depuis la guerre menée en Afghanistan, l’instrument et le prétexte de tous les dépassements et désastres ayant mené à la chute du mur de Berlin et de l’URSS.

Pour faire passer la pilule, on parlait dans les années 90, d’islam modéré et d’islam terroriste ou radical, selon l’évolution des éléments de langage et des terminologies concoctés par les laboratoires occidentaux. A cette époque là, Washington, joignant le geste à la parole, recevait Anouar Haddam en tant que représentant officiel du FIS qui avait pris le maquis et mettait l’Algérie à feu et à sang. Il fut permis au thuriféraire des attentas d’Alger, d’ouvrir une quasi ambassade. La folie meurtrière décima plus de 200.000 algériennes et algériens et la crème de l’intelligentsia algérienne. Comme quoi le projet ne visait pas seulement l’instauration de la terreur, mais aussi l’élimination programmée des meilleurs pour amoindrir les capacités créatrices et productives du pays. En un mot les capacités de résistance de la nation.

Printemps arabe et programme MENA

C’était là, le début du « printemps arabe », de noire réputation, dont l’Algérie faisait les frais avant l’heure. Par la suite, les laborantins de la CIA et autres services spéciaux occidentaux allaient étendre le désastre et le baptiser de programme MENA.

La sécurité énergétique de l’Occident et celle d’Israël, gardien du temple représentant l’enjeu majeur des programmes qui aboutirent à la destruction de l’Irak, de la Libye, du Yemen et de la Syrie. Drôle de programme qui visait, originellement, selon ses concepteurs, la liberté, la démocratie et la justice sociale. Toutes choses qui ne s’imposent pas à coup de bombes et de terribles destructions matérielles et morales.

Tout cela pour remporter la course à la croissance engagée, depuis le début de la révolution industrielle, en Angleterre, les patrons anglais étant bien peu soucieux du sort des ouvriers et de leurs enfants.

Le turbo- capitalisme américain a pris le relais, impulsant un implacable processus de destruction- construction, pour produire sans cesse la richesse, sans se préoccuper grandement de la vie des travailleurs et de la qualité de l’environnement. La pollution étouffe la planète et les populations, le réchauffement climatique dérègle la vie et les saisons et les cycles productifs. La COP21, comme toutes les conférences l’ayant précédées, n’a pas pris les meures drastiques qui s’imposaient, pour éviter la sur pollution d’une planète déjà asphyxiée.

Changer de cap

Les cris de guerre de Hollande et d’Obama sont loin d’être dirigés dans la bonne direction : guerre au chômage, à la faim et à la misère, au racisme et à guerre aux inégalités, constituant le terreau de tous les terrorismes et de toutes les radicalisations meurtrières.

L’orientation vers la croissance à tout prix, et, souvent à n’importe quel prix, a mené à deux guerres mondiales, ayant fait des millions de victimes et des milliards de dégâts matériels. Une multitude de guerres régionales, les unes plus destructrices et meurtrières que les autres, leur ont succédées ou les ont encadrées.

La course effrénée à la croissance qui, au lieu de réduire les inégalités, les exacerbent et les amplifient, représente un mauvais choix stratégique. Il faut changer de cap car l’humanité n’a pas été crée pour s’autodétruire mais bien plus pour se développer mentalement, moralement et culturellement.

SMB.

Tag(s) : #Vie politique, #Droits humains

Partager cet article

Repost 0