Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

17 DÉCEMBRE 2016 PAR JÉRÔME HOURDEAUX

Accusé de propager des fausses nouvelles et d’enfermer ses utilisateurs dans une bulle informationnelle, le réseau social serait même, selon certains, à l’origine de l’élection de Donald Trump. Le sociologue Antonio Casilli revient sur le rôle réel joué par Facebook, mais surtout sur ses arrière-boutiques où prospère toute une économie du clic et du like.

 

Facebook a présenté, vendredi 16 décembre, une série de mesures visant à lutter contre la propagation de fausses nouvelles dans ses pages. Cette annonce était particulièrement attendue. Depuis l’élection de Donald Trump, le réseau social de Mark Zuckerberg est accusé de tous les maux. Ce serait même grâce aux rumeurs et désinformations qu’il colporte que le candidat républicain aurait remporté la victoire. Il nous enfermerait également dans une bulle informationnelle en filtrant certains contenus d’opinions, déformant ainsi le débat public.

Le sociologue spécialiste des réseaux sociaux Antonio Casilli, maître de conférences à Telecom ParisTech et chercheur au centre Edgar-Morin de l’EHESS, explique de son côté, sur son site, que ce qui a fait élire Trump, ce ne sont « pas les algorithmes, mais des millions de “tâcherons du clic” sous-payés ». Pour Mediapart, il revient sur ce fameux concept de « bulle de filtres », mais également sur les arrière-boutiques de Facebook où prospère toute une économie du clic et du like.

Tag(s) : #Vie médiatique

Partager cet article

Repost 0