Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noureddine Melikechi est physicien atomique qui travaille… à la NASA. A la fin du mois d’octobre 2015, son travail à la NASA a été salué par la fondation de Bill Gates qui a attribué à son laboratoire de l’université d’Etat du Delaware une importante subvention. « C’est une immense fierté que l’université de Delaware soit liée à la mission de la NASA sur Mars grâce aux travaux du Dr Melikechi et à son laboratoire », a déclaré le président de l’université.

Fondateur du Programme de recherche en optique et directeur du Centre d’optique en recherche appliquée de l’université du Delaware (DSU), Noureddine Melikechi est né en 1958 à Thénia. Il a fait ses études en Algérie (lycée Abane Ramdane de El Harrach puis université des sciences et des technologies de Bab Ezzouar ) et en Angleterre et travaille désormais au sein de la prestigieuse agence spatiale américaine où il a contribué à élaborer le robot « Curiosity » qui a fait ses premiers pas sur Mars en 2012, lors du lancement de la mission d’exploration de la planète rouge, et continue de la parcourir actuellement. « Un des axes de mes recherches touche les détections de biomarqueurs pour la détection de cancer. Pour ce faire, nous développons des méthodes optiques et des modèles mathématiques qui nous permettent de déceler très tôt des signes de cancer par des méthodes non invasives. Une des méthodes que nous utilisons pour le travail consiste à exciter un échantillon biomédical par le biais d’un laser suivant : une technique appelée Laser indice de Break Down Spectioscopie (LIBS). Cette approche est une combinaison de techniques laser et spectroscopiques dans les milieux très complexes avec de nouvelles méthodes mathématiques de classification et d’identification et qui s’avèrent très prometteurs pour la recherche de signaux spectroscopiques dans un environnement aussi complexe et extrême que la planète Mars. Il y a un instrument LIBS qui sera du voyage sur Mars. Du coup, je suis impliqué en tant que physicien dans l’équipe ChemCam », a expliqué Noureddine Melikechi dans une interview à El Watan. Le parcours de Noureddine Melikechi ressemble à beaucoup d’autres chercheurs, scientifiques algériens qui sont partis poursuivre leurs études à l’étranger où leurs compétences sont utilisées à leur juste valeur. « A l’époque, précisait-il à El Watan, le contexte social économique et sécuritaire en Algérie ne s’y prêtait pas. On ne pouvait rien faire de probant. Et puis, je ne cache pas que je voulais participer à un effort universel plutôt que de me perdre dans les méandres de l’incertitude. Arrivé en Amérique, il ne faut surtout pas croire d’emblée que c’était l’eldorado rêvé. Il fallait batailler dur, prouver ses compétences et ses capacités dans un environnement nouveau. Dans ce contexte, la nationalité ne compte plus. On est scientifique au service de l’humanité, c’est tout ; j’avais un PHD, une culture scientifique, je parlais anglais et puis j’ai eu la chance de trouver des profs qui m’ont donné l’opportunité de faire ce que je voulais, c’est-à-dire la physique atomique et moléculaire. Pour honorer son travail, le gouverneur de l’Etat du Delaware a nommé Noureddine Melikechi « ambassadeur de Mars ».

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !
Tag(s) : #Vie Scientifique

Partager cet article

Repost 0