Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réunion de l’Opep transformée en réunion extraordinaire

Zahra Kefane+

Les pays membres de l’Opep sont arrivés, hier soir à Alger, à s’entendre sur une limitation de la production de pétrole à 32,5 millions b/j lors de la réunion informelle.

A Alger, à quelques heures de la réunion informelle de l’Opep, les espoirs s’accrochaient sur un accord sur le gel de la production qui sauvera le marché pétrolier. En fin de réunion, c’était heureusement le cas. Après de longues heures de discussion à huis clos, les pays membres de l’Opep sont sortis avec une surprise. Ils s’étaient mis d’accord pour plafonner la production. C’était finalement la surprise, Alger a fait l’exception suite à la réunion en avril dernier à Doha marqué par un échec où les ministres demandaient plus de temps, selon les déclarations, jadis, du ministre qatari.

Cet accord espéré mais presque inattendu a été le résultat des efforts des autorités algériennes qui ont, pendant plusieurs jours, mené des discussions intenses avec l’ensemble des parties pour qu’elles acceptent de s’assoir à la même table, notamment l’Iran et l’Arabie Saoudite. Les pays membres de l’Opep ont convenu de limiter la production totale du cartel à 32,5 millions de barils par jour. Selon une source proche de l’Opep, cette dernière, une fois cet objectif atteint, elle se tournerait vers les pays producteurs non Opep pour demander leur coopération. L'Opep déterminera les niveaux de production pour chacun de ses membres à l'occasion de sa prochaine réunion ministérielle, qui aura lieu le 30 novembre à Vienne, a précisé la même source. A la veille de cette réunion, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, avait écarté toute possibilité d’arriver à un accord, le monde s’attendait quand même à un résultat optimiste qui pourrait redynamiser le marché du pétrole.

Cependant, ceci ne représente point le désespoir total qu’un accord aurait lieu au sein de l’Opep. En effet, le ministre iranien l’avait précisé, cette réunion était une feuille de route pour la prochaine réunion du cartel en novembre prochain à Vienne. A plus de deux mois de cette réunion, à Alger, les participants sortis avec un succès mais pas que cela, une feuille de route a été tracée par les représentants des Etats membres de l’Opep pour stabiliser davantage le marché pétrolier. Les espoirs de l’existence d’un accord pareil ne sont pas enterrés, dès lors que cette crise ne convient à aucun pays, qu’il soit exportateur ou consommateur. En effet, le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa l’avait affirmé, «l’Opep est condamnée à prendre une décision que ce soit à Alger ou à Vienne». Déjà que la majorité des pays sont pour le gel de la production. Pour sa part, l’Arabie Saoudite, par son ministre de l’Energie, Khaled al-Faleh, avait confirmé que la réunion informelle de l’Opep d’Alger était consultative.

Toutefois, le ministre saoudien avait exprimé son optimisme par rapport à la situation du marché, qui selon lui «évolue dans la bonne direction, plus lentement que nous l’espérions, il y a quelques mois mais les fondamentaux vont dans la bonne direction». De ce point de vue, «nous sommes optimistes sur le marché et je pense que le rééquilibrage est là mais qu'il intervient plus lentement que nous ne l'espérions», avait réaffirmé al-Faleh. Néanmoins, il a souligné que son pays aura des consultations avec tous les autres, «nous écouterons leur point de vue, nous écouterons le secrétariat de l’Opep, et aussi le point de vue des consommateurs». Interrogé si le royaume saoudite serait d’accord de limiter l’offre sur le marché, Al-Faleh a affirmé que son pays partage l’avis de tous les producteurs, «nous approuvons l’avis qui fera l’unanimité de tous les producteurs, cet avis se dégagera des concertations». Il s’agit là d’un accord historique, un pari gagné pour Alger. Cette concertation inattendue est un premier pas vers un accord plus précis et réfléchi qui pourrait mettre fin à cette crise brutale qui a cassé l’économie de plusieurs pays du monde, exportateurs comme consommateurs.

Tag(s) : #Vie economique

Partager cet article

Repost 0