Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’échec de l’islamisme

le 02.08.16 | 10h00 Réagissez

L’assassinat, dans des conditions horribles, du père Jacques Hamel, dans une petite paroisse du nord de la France, par deux terroristes se réclamant de Daech, a provoqué un électrochoc qui va marquer durablement les esprits. L’homme d’église, âgé de 86 ans, était connu pour avoir travaillé à un rapprochement entre le christianisme et l’islam, au point qu’il a offert gratuitement un terrain mitoyen de sa paroisse à des fidèles musulmans pour y construire une mosquée.

En hommage au vénérable religieux, les communautés musulmane et chrétienne ont prié ensemble, vendredi dernier dans les mosquées et dimanche dans les églises. Dalil Boubakeur, le recteur de la Mosquée de Paris, a joué un rôle magnifique dans cette communion. Il est connu pour son œcuménisme et sa volonté d’œuvrer au rapprochement des trois principales religions monothéistes de l’Hexagone, et surtout sa politique d’apaisement entre les juifs et les musulmans.

L’événement ne sera pas oublié de sitôt. Pour nous, Algériens, il nous rappelle la cérémonie qui s’était tenue à Notre-Dame d’Afrique, à Alger, en mai 1996, en hommage aux sept moines de Tibhirine enlevés et décapités par les criminels du GIA de Abdelhak Layada. Chrétiens et musulmans étaient ensemble pour se recueillir devant les cercueils, saluer ces hommes qui ont consacré leur vie à secourir et aider les populations musulmanes de la région de Médéa. Parmi eux, il y avait frère Luc. Les moudjahidine de la Wilaya IV le connaissaient très bien. Durant la guerre de Libération, il se rendait dans les maquis pour soigner les djounoud blessés. A l’époque, une grande amitié était née entre lui et un officier de l’ALN, le capitaine Boualem Oussedik.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les musulmans avaient montré leur attachement à la liberté et leur rejet de l’intolérance en s’engageant dans les rangs de l’armée française pour combattre le nazisme hitlérien qui, aujourd’hui, inspire beaucoup l’islamo-fascisme dans sa guerre contre l’humanité. C’est dire que la fraternité avec les chrétiens et les juifs n’était pas chez eux un concept vide de sens.
Au lendemain même de la naissance de l’islam, une autre preuve de tolérance a été donnée à Damas, à l’époque du calife Mouawiya. Musulmans et chrétiens priaient à tour de rôle dans le même lieu de culte.

De toute évidence, la communion islamo-chrétienne, qui s’est également manifestée hier à travers l’Italie — ce qui n’est rien si l’on sait que ce pays abrite le Vatican —, est un camouflet pour l’AIS, le GIA, Al Qaîda, Daech et autres sectes islamistes dont les activités criminelles poursuivaient un seul but : couper les peuples musulmans du reste du monde et les confiner dans l’isolement. Ils voulaient aussi donner raison à Samuel Huntington qui a prédit un «choc des civilisations» qui, heureusement, n’a pas vu le jour. La sagesse de l’homme, quand il le veut, arrive à déjouer tous les scénarios catastrophe.

Tag(s) : #Vie religieuse

Partager cet article

Repost 0