Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réseau des Démocrates

Espace de rencontres et d'échanges d'expériences en vue de construire des alternatives démocratiques et sociales.

Réseau des Démocrates

Jeux Olympiques 2016 – Rio de Janeiro Encore un échec de la boxe algérienne

Le boxeur Flissi
Le boxeur Flissi

le 19.08.16 | 10h00 Réagissez

Les Jeux olympiques se poursuivent au Brésil, mais l’espoir d’une ultime médaille reste suspendu aux seuls «pieds» de Taoufik Mekhloufi sur 1500 mètres...

L’Algérien a disputé très tôt le matin (00h45) sa qualification pour la finale du 1500 mètres.

Il reste le seul capable d’offrir une nouvelle médaille au pays après l’échec de tous les autres athlètes dans cette compétition. Mercredi, la boxe algérienne a connu une nouvelle désillusion avec la défaite de Mohamed Flissi en quart de finale de la catégorie des 52 kg, devant Finol Yoel Segundo, un Vénézuélien de 19 ans, classé neuvième au niveau mondial aux points (3-0). Pourtant, avec ses médailles d’argent et bronze remportées lors des deux derniers Mondiaux de 2013 et 2015, l’enfant de Boumerdès était favori dans ce combat. Flissi a flanché à l’issue du premier round, après que les juges aient déclaré le Vénézuélien vainqueur aux points. Il était complètement sorti de son combat. L’ancien boxeur algérien, Mohamed Benguesmia, a tenté d’expliquer cet échec : «Je pense que nos boxeurs n’étaient pas bien préparés psychologiquement. Pour ce qui est de Flissi, j’étais sûr qu’il allait passer en demi-finale.

Le Vénézuélien n’a pas la même expérience que l’Algérien. Flissi a complètement perdu sa concentration après le premier round. On ne l’a pas reconnu. Son adversaire a boxé intelligemment et a fini par s’imposer...» Et de poursuivre : «Moi j’estime que le problème de la boxe algérienne est au sein de la Fédération. Ailleurs, tous les staffs sont composés d’anciens boxeurs. Il y en a même qu’on a croisés sur un ring. Ce n’est pas cas chez nous. Il faut du sang neuf.

Où sont nos anciens boxeurs qui ont décroché des médailles à l’instar de Moussa, Boudchiche, Zaoui ? Ils ont été complètement marginalisés. La mise à l’écart d’El Hadi Djellab juste après les cinq médailles d’or remportées avec ce même groupe aux Jeux méditerranéens de 2013 a été pour moi une grave erreur.»

Encore une fois, donc, la boxe algérienne échoue au stade des quarts de finale, malgré la présence de huit boxeurs à Rio. La dernière médaille algérienne dans cette discipline remonte à 2000, c’était celle de Mohamed Allalou dans la catégorie poids léger.

L’autre discipline pourvoyeuse de médailles par le passé, à savoir le judo, n’a pu rivaliser avec le haut niveau imposé par les champions. Mohamed Amine Tayeb (+100 kg) a craqué devant l’imbattable judoka français Teddy Riner. Sonia Asselah (+78 kg), a connu le même sort devant la championne du monde, la Chinoise Yu Song. Abderrahmane Benamadi (-90 kg) et Lyès Bouyakoub (-100 kg) sont sortis devant l’Ouzbek Jarev Sheryali et l’Azerbaïdjanais Elmar Gasimov.

Pour l’heure, seul l’athlétisme, et Makhoufi, comme en 2012, ont sauvé la participation avec la médaille d’argent remportée dans l’épreuve du 800 mètres en attendant, pourquoi pas, la finale du 1500 mètres. Les autres disciplines ont fait de brèves apparitions dans ces jeux, à l’image du football, mais aussi d’autres disciplines, même si certains athlètes ont réussi à améliorer leurs records. Le président du COA, Mustapha Berraf, a tenté il y a quelques jours de relativiser les performances des Algériens, en affirmant que le bilan se fera après la fin des JO.

Mais force est de constater qu’on est bien loin de l’objectif de quatre médailles fixées par les différentes fédérations. L’Algérie, qui occupe la 61e place du classement général, pourra toutefois se consoler d’être positionnée jusqu’à maintenant devant la Tunisie et l’Egypte (2 médailles de bronze) et le Maroc (1 médaille de bronze).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article