Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le relogement à El-M’haffeur a provoqué des contestations allant jusqu’au suicide d’une dame. © D.R.
Le relogement à El-M’haffeur a provoqué des contestations allant jusqu’au suicide d’une dame. © D.R.

Une manifestation de colère d’une rare violence a compromis, avant-hier dans la soirée, l’opération de relogement des familles du quartier d’El-M’haffeur (Annaba) vers la localité de Kalitoussa, à Berrahal, ont rapporté de nombreux témoins.

Selon ces mêmes sources, le mouvement de protestation aurait dégénéré après qu’une mère de famille de 34 ans, qui se trouvait parmi les contestataires, s’est immolée par le feu, provoquant un incendie qui a touché non seulement son domicile et ses occupants, mais aussi des voisins affolés qui tentaient de lui venir en aide. Outre le décès de la malheureuse mère de famille, qui a rendu l’âme lors de son transfert vers les urgences du CHU Ibn-Rochd, le sinistre a occasionné des brûlures au 3e degré à deux jeunes femmes et à un enfant de 4 ans, dont les jours seraient en danger, assurent des sources hospitalières.
Ce drame, qui est intervenu à 22h mardi, a exacerbé la situation déjà explosive qui prévalait déjà. Les manifestants ont tenté de saccager une résidence en construction située juste en face du lieu dont on voulait les déloger et s’en sont pris aux policiers dépêchés en force pour les en empêcher. Les échauffourées se sont prolongées jusqu’à une heure du matin, hier, indiquent des riverains inquiets de la tournure prise par les événements. L’un d’entre eux affirme que l’opération a été menée dans le calme à son début, mais que les plus récalcitrants des habitants de la zone évacuée se sont rebiffés lorsque la rumeur a annoncé que le promoteur de ladite résidence devait s’installer au dinar symbolique à leur place, alors que leurs propres revendications de succession sont ignorées par les autorités concernées. Et d’assurer que parmi les quelques trente familles qui résistent à l’opération de relogement en cours, il en est au moins une dizaine qui ont des actes de propriété du vieux bâti qu’ils occupent depuis plusieurs décennies, ce qui leur donnerait, selon eux, le droit à au moins une indemnisation d’éviction. Un calme précaire régnait sur le quartier d’El-M’haffeur, hier, alors que les habitants campent sur leurs positions, refusant leur évacuation et demandant à prendre langue avec le wali en personne. Signalons qu’un journaliste du quotidien régional Le Provincial, qui était sur les lieux pour couvrir la manifestation, dans la soirée de mardi a fait l’objet d’une interpellation et qu’il a été entendu pendant de longues heures au commissariat de police du 3e arrondissement d’Annaba avant d’être relâché une fois le calme revenu. Les policiers, qui ont arrêté notre collègue Mustapha Bendjama, ont prétexté une vérification d’identité pour l’éloigner des lieux alors qu’il leur avait présenté un ordre de mission dûment validé en plus de ses papiers d’identité. “Les agents de l’ordre sont restés sourds aux maints appels du directeur de la publication qui voulait les convaincre que j’étais en mission, mais en vain…”, regrette notre confrère dépité par cette obstruction à l’exercice du droit d’informer qui ne dit pas son nom.

Tag(s) : #Vie Sociale, #Droits humains

Partager cet article

Repost 0