Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réseau des Démocrates

Espace de rencontres et d'échanges d'expériences en vue de construire des alternatives démocratiques et sociales.

Réseau des Démocrates

Protection de l’environnement : Prise de conscience chez les Algériens

 Protection de l’environnement : Prise de conscience chez les Algériens

Une manifestation grandiose à Batna contre la réalisation d’une cimenterie, marche citoyenne à Mascara pour protester contre l’exploration du gaz de schiste. Y a-t-il une prise de conscience chez les Algériens à tout ce qui touche aux questions environnementales ? Tout porte à le croire. Comme quoi, la prise de conscience aux questions environnementales n’est pas seulement l’apanage des sociétés dites civilisées où les citoyens ne tolèrent pas les atteintes à l’environnement par les multinationales plus particulièrement.

Younès Djama - Alger (Le Soir) -

A la moindre velléité visant à nuire à l’écosystème, c’est la levée de boucliers. En France, pour ne prendre que cet exemple, l’intérêt pour l’environnement est prépondérant, la défense de la cause environnementale peut être fatale.
En 2014, le corps d’un manifestant de 21 ans a été retrouvé sans vie sur le site du barrage-réservoir de Sivens. L’étudiant toulousain, écolo convaincu venu s’opposer au projet, est décédé dans des circonstances encore non élucidées, dans un «contexte d'affrontements» avec les forces de l'ordre. En 2004, un militant anti-nucléaire de 22 ans décédait en Lorraine alors qu’il protestait contre un convoi ferroviaire de déchets nucléaires. En Algérie, cette prise de conscience est relativement récente. Au début de l’année 2015, la région d’In Salah fut le théâtre de manifestations vigoureuses de la part des habitants qui tenaient à faire entendre leur voix en s’opposant à un projet d’exploitation du gaz de schiste.
Des milliers de manifestants ont occupé pendant plusieurs semaines la place jouxtant le siège de la daïra. Les pouvoirs publics ont dû faire des concessions concernant ce projet. Aujourd’hui, le projet d’exploitation est mis sous le coude. Un pari gagné pour ces militants écologistes qui ont pu faire reculer le gouvernement sur une entreprise à laquelle il tenait tant comme une alternative aux hydrocarbures conventionnels devenus rares et moins chers. Avant-hier, des citoyens de la commune d’Aïn Farès, dans la wilaya de Mascara, sont descendus dans la rue pour réclamer l’abandon immédiat de l’exploration du gaz de schiste dans la région.
Alertés par les secousses telluriques enregistrées durant ces derniers jours, les habitants ont pointé les opérations d’exploration de gaz de schiste, menées depuis plusieurs mois dans les régions limitrophes.
Selon des comptes-rendus de la presse, depuis le 4 juillet dernier, quelque trois secousses telluriques ont été enregistrées à travers la wilaya de Mascara. La première, de magnitude 3,4 sur l’échelle de Richter, a été localisée au sud-est de la localité de Sidi Kadda et la seconde de magnitude 3,2 a été enregistrée jeudi dernier et localisée à 12 km au nord-est de Mascara.
A Batna, les habitants d’Oued Taga ont repris le chemin de la contestation contre l’implantation d’une cimenterie dans cette région agricole. Quelque 15 000 personnes ont marché vendredi en présence des représentants de plus d’une dizaine d’associations, pour réclamer l’annulation de l’implantation de cette usine.
Ce qui dénote une réelle prise de conscience quant aux questions environnementales en Algérie.
Y. D.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Faten 19/07/2016 14:39

Dès l'évocation du gaz de schiste, s'en était suivie la colère des citoyens ; des informations rassurantes gouvernementales faisant écho, garantissaient l'inexploitation de ce gaz qui, soit-disant, n'était qu'au stade d'exploration sans plus. Y aurait-il anguille sous roche ? Dans quel but cette exploration ? il est clair que ça n'est pas clair !

Pour en venir à la prise de conscience des Algériens au sujet de l'environnement ( ce qui est salutaire) , à quand celle de l'hygiène qui est aussi d'une importance capitale, voire vitale ?

Notre pays, un trésor de beauté naturelle, est tristement réputé sale.(Alger 3ème au classement mondial)

Non seulement c'est une profonde humiliation pour nous, mais lorsqu'il y a épisodiquement des "opérations surprises" de nettoyage, cela relève de l'insensé, l'assainissement étant spontané et constant. Tous les moyens possibles sont déployés au niveau de l'APC dont le dépassement est dû malheureusement... à l'incivisme.

Si la propreté est innée chez les uns, une éducation de sensibilisation s'impose pour les autres.