Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réseau des Démocrates

Espace de rencontres et d'échanges d'expériences en vue de construire des alternatives démocratiques et sociales.

Réseau des Démocrates

LE RCD ACCUSE : «Le pouvoir prépare une succession décidée dans et par un système clanique»

 LE RCD ACCUSE : «Le pouvoir prépare une succession décidée dans et par un système clanique»

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie, le RCD, s’en prend violemment au pouvoir qu’il accuse, en substance, de n’être préoccupé que par la préparation «d’une succession décidée dans, et par, un système clanique». Dans un communiqué sanctionnant une réunion de son secrétariat national, tenue vendredi dernier, le parti déroule une multitude de critiques à l’encontre de l’exécutif, épinglé sur tous les plans.

Kamel Amarni - Alger (Le Soir) -

«Au plan politique, lit-on dans ledit communiqué, l’offensive contre les quelques espaces de liberté, encore épargnés par plus d’une vingtaine d’années de régression, prépare un nouveau viol de la souveraineté du peuple et vise à entériner, encore une fois, une succession décidée dans et par un système clanique». Plus généralement, le parti de Mohcine Belabas réitère une de ses vieilles positions.
«Le RCD, lit-on en effet dans le même communiqué, a alerté à maintes reprises sur les dangers que fait peser sur le pays une politique qui consiste à prioriser la survie du régime au détriment de l’amorce d’une transition qui consacre les libertés et l’indépendance de la justice et donne la parole au peuple algérien pour doter l’Etat d’institutions légitimes et crédibles.» Or, poursuit le RCD, «au lieu de prendre acte des limites des stratégies des passages en force, le pouvoir s’enfonce dans la production de lois anticonstitutionnelles sur lesquelles aucune des formations siégeant au Parlement n’a estimé devoir saisir le Conseil constitutionnel».
L’exécutif, ou plus largement le pouvoir, ne sera pas non plus épargné au sujet de sa gestion économique et de la crise induite par la chute persistante des prix des hydrocarbures. «Le secrétariat national (du RCD ndlr) constate que la restriction dramatique des rentrées financières du pays n’a pas suscité le choc attendu pour engager les réformes structurelles qui s’imposent afin d’envisager un débat prenant acte de l’inéluctable fin de la gestion rentière».
Pour le parti, «l’absence de cap et l’incohérence des quelques mesures annoncées (baisse des importations, dévaluation, emprunt obligataire, gel des recrutements, hésitations sur les retraites...) obscurcissent encore plus une visibilité déjà malmenée par les interventions autoritaires récurrentes dans la sphère économique».
Faisant ensuite allusion à l’affaire Chakib Khelil, le RCD notera que, «dans ce même registre, l’impunité, voire la protection dont bénéficient les auteurs de corruption et de détournements faramineux de l’argent public frappe de suspicion l’ensemble de l’exécutif».
Sur un autre plan, et évaluant la dernière réunion de l’instance regroupant les partis de l’opposition, dite l’Icso, et dans laquelle il est membre, le RCD notera également que «la concertation qui s’est dégagée lors de la réunion du 27 juillet dernier en vue de définir une action commune à la rentrée sociale contribue à donner un contenu concret à une demande de changement attendu par l’immense majorité de notre peuple. Ce projet dénote qu’un projet pacifique à même de dépasser la violence et au chaos programmé est encore possible et appelle chacun à davantage d’engagements et de vigilance». Sauf que, dans cette même Icso, l’on ne compte pas que des démocrates et des républicains convaincus.
Des islamistes comme Djaballah ou Mokri, pour ne citer que ces deux-là, n’hésitent pas, et à chaque fois que l’occasion se présente, à rappeler, au besoin, leur vraie nature et leur réel projet politique…
K. A

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article