Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réseau des Démocrates

Espace de rencontres et d'échanges d'expériences en vue de construire des alternatives démocratiques et sociales.

Réseau des Démocrates

Alger, Nice, Alep, Munich par Rachid Boudjedra

Alger, Nice, Alep, Munich par Rachid Boudjedra

Après la défaite de l’armée nationale afghane, soutenue par l’armée soviétique appelée en renfort par le président Najibullah au milieu des années 80, l’armée US va s’installer en Afghanistan pour chasser les Talibans. Rambo est arrivé ! Mais après trente ans de guerre, le résultat américain est égal à zéro.
Et c’est de l’Afghanistan des Talibans et avec les dollars saoudiens que les terroristes algériens, formés à tuer à Kaboul et à Peshawar, ont déferlé sur l’Algérie dès le début des années 90. L’Algérie a été ainsi le premier pays à être le laboratoire de la CIA et du Roi d’Arabie, pour mettre à l’épreuve cette arme nouvelle, le terrorisme islamiste.
L’Algérie, durant dix ans, a été le premier pays à être dévasté par le terrorisme, dans l’indifférence des puissances occidentales, la France à leur tête. C’était l’époque de Mitterrand qui a cru prendre sa revanche sur l’Algérie qui a défait la France en 1962. Ce sont ses services qui ont créé la fable du « Qui-tue-qui ? », qui ont innocenté les islamistes pour affirmer et aboyer pendant une dizaine d’années, que les coupables des crimes atroces commis par les terroristes algériens étaient l’œuvre de l’armée algérienne et des services de sécurité.
Aujourd’hui, Mitterrand est mort, le terrorisme islamiste aussi (en Algérie) mais il s’est propagé en Europe et aux USA. La France, la Belgique, l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Amérique ont vu déferler le terrorisme aveugle, abjecte et immonde qu’a connu l’Algérie de 1990 à 2000.
Aujourd’hui, c’est Nice, Paris, Bagdad, Alep (l’égorgement d’un enfant palestino-syrien partisan (??) du régime !), Munich qui souffrent de ce cancer effrayant. Et nous ne disons pas : « Qui tue qui ? « . Et nous ne nous réjouissons pas de ces massacres odieux, comme certains se sont réjouis en Occident pour les massacres commis en Algérie pendant ce qu’on appelle la décennie verte/noire/rouge/.
Non. Nous sommes choqués. Nous sommes compatissants. Nous sommes solidaires
Mais, nous sommes lucides aussi ! Parce que nous disons que l’Occident avec son Otan, sa CIA et ses USA, ont semé et sèment les guerres partout (la haine d’un Hollande contre Bachar al-Assad est de l’ordre pathologique !) et depuis toujours. Et il ne fait que récolter une énorme tempête. Ce sont les pouvoirs politiques occidentaux qui sont – d’abord – responsables des massacres odieux que vivent leurs citoyens.
Eux, ces responsables qui ont pendu Najibullah à un arbre dans une ruelle de Kaboul.
Eux qui ont pendu Saddam.
Eux qui ont massacré à mort Kadhafi à coups de pierres.
Eux qui n’ont pas compris que l’Histoire n’oublie jamais.
Eux qui n’ont pas compris que tout crime se paye toujours.
Eux qui n’ont pas compris que l’argent ne peut pas se gagner par le crime de guerre.
Ce que nous voulons, nous, pacifistes et progressistes du monde, c’est que la notion même de guerre soit à jamais abolie.
Que les dirigeants de tous les pays rendent des comptes devant leurs peuples pour crime… d’idiotie cruelle. Rachid Boudjedra
24 juillet 2016 | TSA | Actualité.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kouidri Saadeddine 30/07/2016 13:49

Pour une fois tu es décevant cher écrivain. Ne pas dire toute la vérité est le plus grand des mensonges. Écrire que le terrorisme est mort en Algérie n'est pas tout à fait la vérité. Quand les chefs terroristes sont libres et puissants, un écrivain de ton envergure ne doit pas passer sur cette nuance de taille. Tu as été l'écrivain le plus engagé de la décennie du terrorisme-islamiste avec ton "FIS de la haine" que des intellectuels avaient critiqués sans jamais condamner les tueries du FIS ou de son illégitimité et sur ce, tu les as déculotté et rien que pour ça tu restes un marqueur de la période.