Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réseau des Démocrates

Espace de rencontres et d'échanges d'expériences en vue de construire des alternatives démocratiques et sociales.

Réseau des Démocrates

HOMMAGE A SI EL HAFID.*

HOMMAGE A SI EL HAFID.*

L’un des plus populaires officier de la guerre de libération, co-fondateur du Ffs et exilé durant près d’un quart de siècle s’en est allé, à l’âge de 83 ans. Du Ppa au Ffs en passant par l’Aln, c’est toute sa vie qui a été dédiée au combat et au militantisme.

Yaha Abdelhafid, dit Si El Hafid, a voué son combat au long court à l’Algérie et à la démocratie, les deux termes sont indissociables dans sa conscience de révolutionnaire.

Il faisait partie de ses militants que l’injustice révoltait au plus haut point. C’est sur ce socle qu’il a basé son combat patriotique et démocratique. Dans son engagement, il a toujours fait preuve d’un courage jusqu’à la témérité, d’une abnégation sans égale, portant la souffrance des autres (veuves et enfants de chahid, exilés, pauvres) tel un stigmate afin que le témoignage de l’espérance vive.

Si El Hafid, c’était un mélange d’engagement politique et militant marqué par un sacrifice perpétuel etune quantité de qualités humaines. Il était le produit d’une société et d’une époque qui louait la bravoure et l’esprit chevaleresque. Il excellait dans ce domaine et avait une confiance inaltérable en l’Homme. Sa bonté naturelle et son intelligence du cœur complétaient ce tableau si riche pour faire de lui unJuste.

Si El Hafid, c’était le Ffs, sa vie, son histoire. Jamais il n’a lâché le gouvernail, ni au maquis ni en exil. Bien au contraire. Sa présence permanente sur le terrain de la lutte laissait toujours poindre l’imminence du Grand soir. Sans relâche, il plaidait la cause et la justesse du combat qu’il mena à côté de Hocine Aït Ahmed. La résistance dont il a fait preuve à tout instant est une leçon de moraleet de conviction pour toutes les générations qui se sont succédé au Ffs.

Les divergences apparues ici et là, malheureusement déchirantes et bouleversantes, ne sont rien devant ce qui nous avait uni et porté pour la gloire de notre pays.

Anciens cadres du Ffs de la résistance, de l’exil, de la clandestinité et de l’espérance démocratique entrevue lors de l’ouverture de 1988, nous voulons, par cet hommage, apporter notre témoignage de fidélité et de respect à la mémoire du défunt et présenter à sa famille nos sincères condoléances.

Alger, le 27 janvier 2016.

Signataires* :

Ould-Mohamed Brahim, (résistant de 1963/65 et membre fondateur constitutionnel de 1989); Aït Mohamed Madjid (membre fondateur constitutionnel en 1989); Hamrouni Mohamed (membre fondateur constitutionnel 1989); Mira Tarik (Président du FFS immigration, membre fondateur de 1989, élu député Ffs en décembre 1991); Saïd Khelil (détenu de 1980, Secrétaire général par intérim, élu député en 1991);Lounaouci Hamid ( Secrétaire général par intérim);Lounaouci Mouloud (détenu de 1980, membre fondateur duMcb, élu député Ffs en 1991), Nait MaoucheMouhoub (cadre de la résistance de 1963, détenu politique, compagnon d’exil), Ouferhat Mahieddine (membre du Conseil national 1991/95 et 1995/97, président du Ffsimmigration)

*le manque de temps ne nous a permis de contacter l’ensemble des personnes du Ffs qui ont connu et travaillé avec Si El Hafid. Pour les besoins de bouclage, nous avons été obligés d’envoyer le texte, le mercredi matin, à El Watan pour le faire paraître, le jeudi, lors de l’arrivée à l’aéroport d’Alger de la dépouille mortelle du défunt. .

*paru sous le titre : « Un combat au longcourt », dans l’édition du jeudi 28 janvier 2016, page 6, d’El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article