Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le 30.12.14 | 10h00 1 réaction

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

Le Comité national de réappropriation et de sauvegarde de l’UGTA (CNRS), regroupant les syndicalistes frondeurs de l’UGTA, a tenté, hier, d’observer un sit-in devant la centrale syndicale.

Cette action annoncée et préparée depuis plusieurs jours n’a pu aboutir, puisque les contestataires ont été empêchés d’entrer dans l’enceinte de la Maison du peuple.Pourquoi une telle manifestation et que revendiquent les frondeurs à la veille de la tenue du 12e congrès de l’UGTA prévu du 4 au 6 janvier ? Le comité dirigé par Ahmed Badaoui, qui a manifesté ouvertement son opposition à la direction actuelle de l’UGTA, veut justement empêcher la tenue de ce congrès. Un congrès qu’il qualifie de «préfabriqué», d’«anti-statutaire» et «non réglementaire» en déplorant les dysfonctionnements de la centrale syndicale.

Dans un communiqué rendu public, les membres du comité déplorent la déliquescence et la médiocrité dans lesquelles se trouve actuellement l’UGTA et dans lesquelles toutes les valeurs sombrent, même la plus élémentaire : l’adhésion à l’organisation syndicale est frappée de plein fouet.Beaucoup de syndicalistes ont quitté l’UGTA pour rejoindre d’autres organisations qui font de la lutte sociale leur cheval de bataille, contrairement à l’UGTA qui préfère «la politique dialoguiste».

«La régression a atteint tous les niveaux, L’UGTA vit ses moments les plus difficiles en raison des agissements irresponsables et immoraux de la direction et du secrétariat national. Nous ne pouvons fermer les yeux sur ces pratiques et nous n’acceptons plus la marginalisation de véritables syndicalistes», affirment les membres du comité qui dénoncent aussi l’absence d’un règlement intérieur privilégiant la désignation aux postes de responsabilité en s’appuyant, dans son fonctionnement, sur les structures horizontales délaissant les structures verticales, et déplorent aussi l’absence d’un organe de contrôle qui devrait superviser le travail des dirigeants de la centrale durant ce 11e congrès et la violation des statuts par «des mercenaires» qui ont refusé de présenter à la base le rapport moral et financier pour débat. «Le statut de l’UGTA stipule la présentation pour discussion, avant son approbation, du rapport moral et financier, et ce, avant l’organisation d’un congrès. Ceci n’a pas été fait et le secrétariat chargé de l’organique trouve cette pratique tout à fait normale !» s’indignent les animateurs de la protestation.

Ces derniers exigent un bilan du secrétariat national sortant de l’UGTA et la mise en place d’un comité de préparation du 12e congrès. Aujourd’hui, l’enjeu primordial pour le comité de sauvegarde de l’UGTA est la réappropriation de l’organisation par les travailleurs afin de permettre le retour à la légalité et à la légitimité et surtout pour donner un sens à un congrès authentique, réellement démocratique et conforme à la volonté des travailleurs et à leurs intérêts et à ceux du pays. Face à ces critiques, le patron de l’UGTA s’est abstenu de répondre…

VOS RÉACTIONS 1

Elbordji le 30.12.14 | 12h29

Mais Messieurs de l'UGTA …

Mais Messieurs de l’UGTA, vous osez parler d’authenticité alors que, depuis la nuit des temps, je veux dire depuis 1962 pour être plus précis, je veux dire depuis toujours rien n’est authentique puisque tout est bâti sur le mensonge et la désinformation. Et puis, il faut que ceux qui ont depuis toujours MENTI au peuple algérien subissent la malédiction de ce peuple qui ne leur pardonnera jamais d’avoir été la cause de tous les malheurs qui minent le pays.
L’UGTA n’a jamais été à la hauteur de l’aspiration des travailleurs qui ont toujours été pris en otage par une maffia au pouvoir tentaculaire qui en a fait un vulgaire troupeau de sujets taillables et corvéables à merci, des infrahumains dont le seul mérite est de servir d’alibi à une poignée de serviteurs dressés et magistralement domptés pour applaudir tout ce que des énergumènes comme le traitre « sidhoum said » accepte de faire au nom d’une certaine UGTA dont le seul but est de servir de soutien à ceux qui détiennent les rênes du pays et qui détiennent le pouvoir.
Heureusement qu’il ya les nouveaux Syndicats de l’opposition qui font des pieds et des mains pour contrer ces nervis du pouvoir qui ont confisqué le pays et tous ses symboles pour en faire des moyens de pression et de persuasion pour obliger les travailleurs à accepter le triste sort qui leur a été destiné et dont ils doivent se contenter en toutes circonstances. Puisse Dieu Maudire « sidhoum Said » et tous les laquais qui gravitent autour de lui comme des mouches autour d’un étron.

Tag(s) : #Vie Syndicale

Partager cet article

Repost 0