Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce qui attend les Algériens en 2015

le 31.12.14 | 10h00 2 réactions

Les Algériens entameront la nouvelle année avec beaucoup d’inquiétudes et d’incertitudes liées, notamment, à l’effondrement du marché mondial des hydrocarbures. L’échec non assumé des politiques engagées ces dernières années risque de se faire ressentir sur le terrain des revendications sociales durant l’année qui arrive.

Les évolutions politiques dépendront de l’ampleur de la crise financière. Parler d’austérité quand les responsables de la dilapidation des richesses de l’Algérie jouissent de liberté et de privilèges est une insulte envers une population excédée et entamée dans sa dignité.
Une année s’achève, une autre arrive avec son lot de promesses et d’inquiétudes. La première s’en va sur une note de folle crise pétrolière, obligeant le gouvernement gaspilleur à revoir sa copie dépensière. La fraîcheur hivernale qui accompagne l’avènement de janvier 2015 est aussi ressentie sur le baromètre économique.

Un lourd legs pour l’année 2015, engrossée déjà d’une crise économique que des dirigeants un peu trop habitués aux allocations et rallonges budgétaires et pris de surprise semblent avoir du mal à contrôler et assurer la maîtrise d’une situation qui échappe aux seules données internes. Un cadeau empoisonné pour cette période de l’année où les vœux pour des jours meilleurs sont appelés à être plus mesurés et moins enthousiastes. L’échec non assumé des politiques engagées ces dernières années se fera pourtant ressentir sur le terrain des revendications sociales.

Une leçon pour un gouvernement qui a refusé de comprendre que la paix sociale ne s’achète pas à coups d’allocations mais se gagne avec l’amélioration réelle des conditions de vie et la garantie de bonnes perspectives d’avenir pour toutes les catégories sociales. Cette crise aura-t-elle des répercussions politiques ? Il n’est jamais de fragilité économique sans incidence politique. Reste à savoir comment se traduira-t-elle sur le terrain incertain et flou qui caractérise la situation politique en Algérie.

La crise financière a pour nature de délier les alliances faites en temps d’aisance financière. Serait-ce le cas pour les clans et les camps au pouvoir qui se sont accordés à soutenir un premier, un deuxième, un troisième et un quatrième mandat pour le président Bouteflika ? Les quelques tensions en haut lieu, qui ont alimenté les colonnes de la presse durant l’année écoulée, vont-elles s’exacerber ou bien trouveront-elles une issue qui arrangera tout le monde ou éliminera l’un des clans au profit d’un autre ? Au-delà des supputations et autres tentatives de lire dans un avenir incertain, il y a lieu de noter que les analyses faites sur la fragilité de la situation politique et économique ainsi que sur le danger engendré par les choix et décisions de l’équipe dirigeante se sont avérés bien justes.

Le pouvoir finira-t-il par se regarder en face et voir le précipice vers lequel il dirige le plus grand pays d’Afrique ? Se réveillera-t-il de ses gargarisassions et appétits voraces pour remettre le pays sur rails ? L’alerte est donnée et le temps presse pour une remise en cause de toutes les politiques menées jusqu'alors. Les promesses d’ouverture des dossiers Sonatrach 1, autoroute Est-Ouest et Khalifa pour le premier semestre 2015 suffiront-elles à rendre confiance ? Cela dépendra de la qualité des procès et des jugements qui seront rendus. Tant que la responsabilité politique ne sera pas engagée dans ces trois affaires et que la comparution à la barre des décideurs politiques ne sera pas garantie, il y a de fortes chances que ces procès ne feront que noircir les pages des journaux alors que l’impunité continuera de ronger la cote de confiance des citoyens envers la justice et les dirigeants du pays.

Parler d’austérité quand les responsables de la dilapidation des richesses de l’Algérie jouissent de liberté et de privilèges est une insulte envers une population excédée et entamée dans sa dignité. Que pourra, par ailleurs, la révision de la Constitution qu’on veut vendre pour habiller l’actualité politique de l’année 2015 dans cette situation de perte de confiance ? Une révision constitutionnelle n’émanant pas de la volonté du peuple n’est que de l’encre sur du papier que les dirigeants du moment gommeront à leur gré. Les temps sont durs et le moment exige sérieux et responsabilité. Tout autre recours qu’à celui de la volonté populaire ne sera que vaine tentative de gagner du temps pour le pouvoir. Un temps pourtant si précieux pour le salut du pays, qui est entouré de zones de conflits.

par Nadia Bouaricha

VOS RÉACTIONS 2

revoir le 31.12.14 | 13h51

Le soleil brillera encore

Oui faut prendre conscience de nos moyens mais faudrait faire très attention aux moyens que nous utiliserons pour avancer.

BONNE ANNEE BOUTEFLIKA

EN 2015, BOUTEFLIKA SE RETROUVE ENFIN SEUL AVEC LE LION, il avait prédit en 1999 à tizi ozou pour mémoire à ceux qui oublient cliquez sur ce lienhttp://youtu.be/F2S7PnOF3t0

Tag(s) : #Vie Sociale

Partager cet article

Repost 0