Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le 04.08.14 | 14h48 | mis à jour le 04.08.14 | 16h36 3 réactions

zoom | © El Watan

La conférence pour les libertés et la transition...

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

La Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD) a dévoilé ce lundi la plateforme de son projet, enrichie avec les propositions des participants à la conférence de l’opposition, tenue le 10 juin dernier à Zeralda.

En substance, la coordination regroupant le RCD, MSP, Ennahda, Jil Djadid, FJD et Ahmed Benbitour, n’a pas apporté de changements notables à sa plateforme dévoilée fin mai dernier, notamment en ce qui concerne les mécanismes de mise en œuvre du projet de la transition.

Le document a reconduit les points relatifs à la formation d’un « gouvernement consensuel qui veillera sur la concrétisation de la transition démocratique et la gestion des affaires courantes du pays» et celui traitant de la mise en place d’une « instance indépendante et permanente chargée de l’organisation et de la supervision des élections ». C’est le cas également pour le point relatif à l’adoption par « voie référendaire » d’une nouvelle constitution qui consacre « un vrai consensus et qui garantit la réalisation des objectif de la transition démocratique ».

Ces trois points ont été reconduits dans la version finale parce que « les interventions des participants à la conférence du 10 juin ont abondé dans le même sens », a expliqué Soufiane Sakhri, porte parole de Jil Djadid, dans une déclaration à Elwatan.com.

Les nouveautés de la plateforme finale concernent l’établissement d’un « dialogue permanent avec le peuple » et l’organisation de « conférences thématiques » autour de la lutte contre la corruption et la réconciliation nationale. La réconciliation nationale « basée sur la vérité et la justice » a été introduit dans la plateforme finale sur proposition d’acteurs politiques qui ont abordé le dossier des disparus lors de la conférence du 10 juin, a indiqué Soufiane Sakhri.

Dans le chapitre principes de la transition démocratique, la nouvelle version de la plateforme a surtout ajouté le point inhérent à « la promotion effective de la place de la femme et de la jeunesse au sein de la société et des institutions ».

La CLTD n’a pas jugé judicieux d’introduire dans son document de référence, les propositions de Mouloud Hamrouche et Mokrane Ait Larbi qui ont préconisé l’intervention de l’armée, pour faire aboutir le projet de la transition démocratique. « Les chefs de partis ont estimé que l’armée doit s’occuper de ses missions constitutionnelles consistant à surveiller les frontières et à veiller sur la sécurité du pays. », a déclaré le porte parole de Jil Djadid.

La CLTD a été créée par les partis politiques ayant opté pour le boycott de l’élection présidentielle du 17 avril dernier. Plus de 400 participants, toutes tendances politiques confondues, ont pris part à la première conférence pour les libertés et la transition démocratique, tenue le 10 juin dernier à Zeralda.

Mots-clés

VOS RÉACTIONS 3

Muhand. A le 04.08.14 | 16h52

transition, mon oeil!

Qui va être contre une transition douce apres 60 ans de pouvoir absolu et où n'a régnait que vol passe droit corruption et avilissement de la société? Mais le problème est que dans une société où le pouvoir prédateur a soudoyé anciens faux maquisards, faux ayant droits, partis lilliputiens, enseignants, magistrats,ouvriers de grandes sociétés étatiques, il ne faut pas s'attendre à une adhésion massive de la société pour un changement. Le peu de gens qui reste honnête regarde d'un air dégoûté ce qui se passe. Le silence des intellectuels est vu comme une complicité. Le pouvoir voyou, j' en suis sûr, ricane en voyant se reunir ces parti de la CLTD. L'ogre est certes à abattre mais avant il faut ecraser les tetes de l'hydre qui garde l'entrée de l'antre de la bête. Gardez moi de mes amis mes ennemis je m'en charge, sagesse des anciens.

transition TARATATA

Azul ! Et bien-sûr nul dans cette "confrérie" contre-nature n'a soufflé mot sur l'officialisation de la langue Tamazight, cette langue mère d'Afrique du Nord que leurs aînés les oulémas (qui n'ont jamais rien inventé)qualifiaient en leur temps de "jargon qui leur écorchait les oreilles". Drôle de réconciliation et d'unité nationale qui ne présagent rien de bon. Heureux qui ne sera là quand le vent soufflera! Thanemirth

Seule l armee;;;;;

De quelle transition parlez vous ? vous n etes meme pas fichus de parler d une seule voix ; si l armee n interviendra pas c est que vous etes d accord avec le pouvoir pour tromper le ghachi. car en Afrique il n y a rien d autre que l armee pour changer de pouvoir et etre tranquille pendent un certain temps.

Transition démocratique : la CLTD refuse l’intervention de l’armée
Tag(s) : #Vie politique

Partager cet article

Repost 0