Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’ai reçu des balles en caoutchouc, mais je ne suis pas allé à l’hôpital de peur d’être interpellé»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 25.04.14

 

«Ces images sont vraiment choquantes. Surtout lorsqu’on voit ce jeune  traîné par terre et passé à tabac par les policiers. On croyait ces brutalités révolues depuis longtemps», s’indigne un médecin qui rappelle que les manifestants réclamaient seulement «l’officialisation de langue amazighe».
Un autre habitant témoigne : «Heureusement qu’il y a des moyens qui permettent de dévoiler la haine de certains agents de sûreté. Les vidéos ont montré ce que peut réserver le pouvoir à des jeunes qui manifestent mains nues. C’est inadmissible.» A Tizi Ouzou, le choc est encore grand après les représailles de la police contre la marche du 20 Avril, à l’appel du MCB. Après le FFS et le RCD, qui ont dénoncé les violences, l’APW de Tizi Ouzou, à travers un communiqué, a qualifié «d’irresponsables» les agissements «de quelques agents de sécurité à l’encontre de jeunes manifestants, tels que vus sur internet».
L’APW «dénonce la riposte disproportionnée des services de sécurité à une action citoyenne». Des étudiants blessés lors de la marche réprimée sont toujours traumatisés et insistent pour rester anonymes. «Le lendemain de la marche, on voulait aussi manifester pour s’élever contre la répression de la veille. Mais, à notre arrivée, au quartier les Genêts, près du centre-ville, j’ai reçu deux balles en caoutchouc dans le ventre. J’ai senti des douleurs atroces, au lieu d’aller à l’hôpital, j’ai préféré rejoindre le campus, car j’avais peur d’être interpellé par les policiers à l’intérieur du CHU», confie un étudiant. Un autre ajoute : «J’ai été blessé devant le portail du campus universitaire de Hasnaoua, par un agent de la CNS qui a jeté des débris en ciment. J’ai failli avoir une fracture au genou droit. Comme tous mes camarades, j’ai eu peur d’aller à l’hôpital car, on nous a dit que des policiers suivaient les blessés jusqu’au CHU. Si les blessures sont légères (hématomes et égratignures), je suis cependant toujours traumatisé par la violence des policiers. Certains ont même insulté les passants.»
Une autre raconte encore : «J’ai vu des policiers, postés à une vingtaine de mètres du portail de l’enceinte universitaire, tirer des bombes de gaz lacrymogènes à l’intérieur du campus. En pourchassant les jeunes étudiants protestataires, ils nous ont ciblés avec des balles en caoutchouc.» Le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, a ordonné l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités de ces actes. Quatorze manifestants, parmi les 60 arrêtés depuis le 20 avril, ont comparu, mercredi, devant le juge d’instruction.

 
Hafid Azzouzi
 
 
Vos réactions 7

el fahama   le 25.04.14 | 17h51

l’officialisation de langue amazighe».
SVP officialiser cette langue pour qui, sachant que l'ensemble des Algériens et algériennes parlent et écrivent l'Arabe et les autres langues étrangéres utiles pour le développement du pays.
Faites un référendum et vous verrez que 98% de la population rejette ce dialecte.Modérateur si vous êtes un vrai Algérien afficher ce commentaire.
 

SHARMAN   le 25.04.14 | 16h33

L'hypocrisie de Belaiz !
«Notre» ministre de l'intérieur tonton Bélaiz au lieu de s'indigner de cette brutalité et de cette haine, il préfère parler "d'acte isolé" , pas plus ! Même pas une pensée pour les blessés ou leur famille ! Même pas un semblant d’indignation, non ! Rien ! Mais c'est normal, les kabyles, ce sont des rats à éliminer le plus possible !

Remarquez il y a aussi la centaine de jeunes morts lors du premier printemps berbère, il ya aussi les 200 000 et des poussières de morts ou de disparus depuis 1962 (et surtout depuis 1991), il y a aussi les 11 militaires morts récemment sur le champ de bataille (pour ne citer que cela) qui n'ont reçu aucune compassion, aucun geste de douleur ou de pitié, aucune condamnation, aucune condescendance ni aucune condoléance de la part du pouvoir sanguinaire algérien! C'est çà sa nature !

Pour le pouvoir les citoyens algériens sont des moutons qui peuvent être égorgés ou abandonnés dans l’oued sans problème ! Les citoyens algériens sont pour eux des infra-animaux ! Quels troglodytes dinosauresques, mon Dieu !!! Qu’est-ce qu’on vous a fait ya le Bon Dieu qui êtes aux cieux, ya bou rab, pour nous envoyer des calamités pareilles ???
 

tahi   le 25.04.14 | 12h51

peuple reveil toi.
tant que le gnome a la charette roulante est encore au pouvoir avec sa fratrie et ses serviles ministres dont le coefficient intellectuel est au dessous de zero les algeriens s'attendrons au pire.la mafia politico financiere algerienne gouverne en toute impunite avec la benediction de butesrika le machiavel.si le peuple ne se revolte pas,alors tant pis pour lui.le regime stalinien actuel d'algerie a peur du peuple.ses fondations sont fissurees.a tout moment elles risquent de s'effonrees.la peur a changee de camp.
 

dinlaft   le 25.04.14 | 12h43

antisysteme
les gens du pouvoir ne lacheront jamais tant que les puits de petrole sont productifs l'empire romain a chute le jour ou il ne pouvait pus subvenir aux besoins de son armee alors prions pour que nos puits s'assechent le plus tot pour que ces predateurs quittent les lieux de gre ou de force
 

toxcik   le 25.04.14 | 12h09

Vendetta
C'est le chatiment reserve par son altesse abdeka 1er aux potentiels protestataires.
 

vivetunisiens   le 25.04.14 | 11h39

le comble!
Les dirigeants algériens sont des amis des usa et de l’Europe qui sont soit disant des défenseurs des droits humains. que ce qu'ils attendent pour rappeler leur diplomates? il est plus facile pour eux de déverser des bombes sur des peuples sans défense (Irak, Libye, Afghanistan) que de régler les problèmes des peuples pacifiquement.
 

Moh l'africain   le 25.04.14 | 10h55

Donc c'est vrai

Les policiers ont revu l'ordre de casser le Kabyles toutes les fois qu'il y a eu manifestations en utilisant tous les moyens possibles;cet état est devenu sanguinaire.C'est un etat ressemelant celui de Pinochet; sauf qu'il n'est pas encore arrive aux enlevements et disparitions d’Algériens.Mais ceci va arriver si il y a une forte contestation des citoyens.

Merci a Meziane de nous avoir dévoilé le vrai visage de ces scélérats.

Les manifestations pacifiques n'ont plus court en Algerie avec ce régime.Il faut passer à d'autres methodes bien sur plus pacifiques comme la désobéissance nationale , ou les gréves generalisees a tous les secteurs pour faire tomber ce regime a la Ben Ali.

Partager cet article

Repost 0